AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR UPSIDE DOWN
Nous sommes heureux de vous accueillir et espérons que vous vous plairez à Brisbane.
En cas de question ou de problème n'hésitez pas à contacter Barbie & Abbadon. Elles se feront un plaisir de vous répondre!♥
~ Ils ont besoin de vous ❉
Ils recherchent un partenaire de rp, aidez les donc en venant par ici
Ces scénarios sont recherchés par les membres. Laissez vous tenter!
bazzarttop sitePRD
AIDEZ NOUS À AVOIR D'AUTRES COUPAINS!

Partagez | .
 

 alerte à malibu ❖ ft. ivy h.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Dim 19 Juil - 12:21

alerte à malibu
ivy & léo
J'avance sur le sable chaud, mes chaussures dans une main, ma guitare dans l'autre. Je ne sais pas où je vais ni pourquoi je suis là, pourtant je trace mon chemin sans me retourner. Je pose un instant mes affaires sur le sol et je remonte légèrement mon pantalon. Je récupère le tout et je me rapproche de l'eau. J'avance les pieds dans l'océan, le regard perdu dans le vide. Forcément, je repense à toi, à nos discussions autour du voyage, de ce voyage qu'on a rêvé de faire. On a toujours voulu partir après nos études, tout abandonner, prendre un sac et voyager ici et là. On ne rêvait pas tout à fait des mêmes paysages. Tu voulais partir près de la mer ou de l'océan, tu voulais faire de la plongée, découvrir les fonds marins, tu voulais courir sur le sable jusqu'à en perdre haleine. Pour ma part, j'ai toujours été beaucoup plus attiré par les paysages montagnards. Petit, je partais régulièrement en vacances dans un chalet en Savoie qui appartenait à mes grands-parents maternels. En hiver, je faisais du ski, en été, j'enchaînais les balades en VTT, les randonnées, ce genre de choses. Ça m'a toujours plu, je préfère mille fois la montagne à la mer ou l'océan, pourtant je suis là, en train de marcher dans l'eau, dans ce paysage idyllique, ce paysage de carte postale. À croire que je cherche à te faire vivre à travers ton souvenir, à travers ce qui te plaisait, je m’accroche à toi, je ne veux pas te laisser partir, je ne peux pas.

Je finis par m'éloigner très légèrement de l'eau, je lâche mes chaussures sur le sable et je m'assois. Pendant un instant, mon regard se perd dans le lointain. J'observe les baigneurs, une famille profite de l'eau un peu plus loin, une petite fille court dans l’eau, son père la rattrape en souriant, puis je regarde les surfeurs, ça semble tellement simple en les regardant. Je me doute que c'est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, j'apprendrais peut-être si je reste à Brisbane. J'ai toujours aimé me dépasser, tester mes propres limites, surtout dans le sport. À Lyon, je ne pouvais pas vraiment faire du surf, disons que l'environnement n'était pas vraiment favorable à ce sport. Je soupire, repenser à ma ville natale, ça me ramène encore à toi, je repense à tes parents avec lesquels je me suis toujours bien entendu. La dernière fois que je les ai vus, un mélange de haine et de tristesse se dégageait d'eux. Je ne peux pas vraiment leur en vouloir, à cause de moi, ils ne pourront plus jamais te revoir, toi, leur fille.

J'attrape ma guitare, délicatement, j'enlève le sable et je commence à gratter les cordes afin de l'accorder. Une fois fait, je commence à jouer, c'est instinctif, je n'ai pas besoin de regarder mes mains, cette guitare est comme une partie de moi. Je joue, je finis même par chanter, je suis dans mon monde, dans ma bulle, les autres n'existent plus. Je ne fais plus attention au monde qui m'entoure, aux personnes qui continuent pourtant à aller et venir, aux gens qui probablement m'observent, je me fiche de tout cela. Mon regard dans l'océan, je suis sans même m'en rendre compte, une surfeuse. Je joue et je l'observe, j'observe cette facilité qu'elle a à tenir sur sa planche, sa fluidité. Puis, elle finit par tomber d'une manière plutôt violente, du moins, à mes yeux, je m'arrête un instant de jouer, je retiens mon souffle de manière totalement inconsciente avant de voir sa tête réapparaître au loin. Je secoue doucement la tête, réaction stupide Léo et je me remets à jouer tout en continuant malgré tout à regarder la surfeuse au loin.
electric bird.



Dernière édition par Léo Garnier le Dim 19 Juil - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Dim 19 Juil - 19:40



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier

Aujourd’hui, j’étais en journée de repos mais pour moi ce n’était jamais vraiment du repos que je prenais. Dès la veille j’avais cherché sur internet la météo de Brisbane pour le lendemain. Le temps semblait stable, même plutôt beau ce qui m’arrangeait. J’avais l’intention de sortir ma planche de surf et d’aller prendre quelques vagues. C’est comme ça que je me retrouvais le lendemain de bonne heure sur la plage. Je portais déjà ma combinaison rouge et noir qui m’arrivait au dessus du genou car me changer devant des inconnus en maillot de bain m’aurait quelque peu mise mal à l’aise. Je profitais de pouvoir marcher sur le sable chaud et me trouver une place au calme, loin des regards. Même si je n’avais aucune affaire sur moi apart ma serviette de bain et ma clé de voiture, je ne tenais pas à ce qu’elle disparaisse, les voleurs étant fréquents sur les grandes plages. J’observais les lieux les cheveux légèrement dans le vent avec un sourire, l’air marin m’avait tellement manqué. Ces derniers temps j’étais tellement prise entre mon boulot et mes recherches qu’avoir un peu de temps pour moi me changeait les idées. J’aperçus au loin quelques surfeurs, même si je ne comptais pas me mélanger à eux, cela voulais dire qu’eux aussi avait repéré le bon moment pour venir. Je me mis à préparer ma planche soigneusement, prenant mon temps en sachant que j’allais rester quelques heures ici. Surfer c’était surement ce que je préférais, se sentir glisser sur les vagues ça n’avait pas de pris. Lorsque je fus fin prête, planche sous le bras et mes cheveux attachés en queue de cheval, j’abandonnai mes affaires pour courir vers l’eau.
Je plongeai tête la première en nageant ensuite rapidement vers le large. Les vagues étaient toujours meilleures là-bas et je ne comptais pas commettre mes erreurs de débutantes. L’eau était vraiment bonne et je ne regrettais pas mon choix de privilégier un peu de sport plutôt que de rester chez moi devant un film. Déjà que j’étais célibataire depuis des années, je ne comptais pas déprimer avec un pot de glace et me goinfrer d’autres trucs sucrés. La vie était faite pour être profité à fond et j’en avais eu un bon exemple pendant mon enfance. Arrivée à une bonne longueur, j’attendis qu’une vague arrive pour me mettre de dos à celle-ci et tenter une première vague. Tout ce passa bien et j’enchaînais plusieurs petites vagues en aillant un œil sur les autres surfeurs. Ils étaient plutôt doués mais je voyais bien qu’ils comptaient plus m’impressionner plutôt que de m’encourager. Désolé de vous décevoir, je ne suis pas une pro et je me débrouille mieux qu’un mec, ça peux surprendre je comprends. C’est alors qu’une vague assez conséquente arrive dans ma direction. Je ne peux pas me permettre de la louper celle-là mais il y a quand même un risque que je me retrouve vite fait dans l’eau plutôt que sur ma planche. Mais comme toujours je fonce tête baissée car c’est pour des opportunités comme ça que je fais du sport. Elle arrive rapidement vers moi et je l’observe du coin de l’œil, je suis prête. Au premier abord, tout se passait bien mais un moment d’inattention me traversa l'esprit et la chute fut brutale. Mon pied glissa de la planche et je tombais directement dans l'eau, la vague passant au dessus de ma tête alors que je tentais de ressortir de l'eau. Les minutes semblaient durer plus longtemps que prévus avant que je ne puisse reprendre mon souffle en dehors de l'eau. Une douleur cuisante me prit à la cuisse et la première chose que je pensait était au claquage. Je frottais ma jambe de douleur en grinçant des dents, ça me faisait un mal de chien. Rattrapant ma planche qui était toujours rattachée à ma cheville, je tenta tant bien que mal de revenir sur la plage. Les chutes j'en avais fait souvent mais là, ma jambe semblait me prévenir que ce n'était surement pas qu'un petit claquage. La douleur grandissait au fur et à mesure et lorsqu'une vague s'approcha de moi. Je me laissa emmener par celle-ci jusqu'au bord de la plage allongée sur le sable. Mon élastique n'avait surement pas tenu et mes cheveux étaient collés à mon visage m'empêchant de voir quoi que ce soit. N'importe qui aurait pu remarquer que quelque chose n'allait pas et j’espérais qu'un baigneur m'accorderait son aide en m'entendant. « Y’a quelqu’un ici ? J’ai besoin d’aide… »

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Dim 19 Juil - 22:06

alerte à malibu
ivy & léo
Je joue, je fredonne doucement et j'observe toujours la surfeuse au loin remonter à la surface après quelques instants sous l'eau. Finalement, je me perds dans mes pensées, j'entame une chanson que tu appréciais énormément, je revois ton sourire lorsque je commençais ces quelques notes. Tu chantais très rarement, pourtant à chaque fois, tu m'accompagnais pour cette chanson, c'est très cliché, mais c'est un peu devenu notre chanson. Je ne fais plus gaffe à la jeune femme au loin qui ne remonte d’ailleurs pas sur sa planche, mon esprit s'éloigne de la plage, de Brisbane et revient des années auparavant. Je repense à toi, ton sourire, ton caractère à la con et tes réflexions à deux balles. Je soupire et j'arrête de jouer. Bordel, tu me manques à un point inimaginable. Je ne peux même pas décrire cette douleur qui me ronge de l'intérieur. J'ai mal, beaucoup trop, et ça ne passe pas, je doute que ça passe un jour d'ailleurs. Je suis responsable de ta mort, je vivrais avec toute ma vie, je ne pourrais jamais l'oublier ni t'oublier d'ailleurs. Je pose ma guitare à côté de moi. Je commence à jouer d'un air distrait avec le sable chaud à mes pieds, j'en prends une poignée dans ma main, je ferme cette dernière et je laisse le sable s'écouler doucement. Puis, je recommence. Je regarde à nouveau les surfeurs face à moi, je cherche la surfeuse de tout à l'heure, je ne sais pas vraiment pourquoi. À vrai dire, il n'y a pas de raison particulière, je la trouve plutôt douée, mais ce n'est pourtant pas la personne qui se débrouille le mieux sur une planche aujourd'hui. Je ne sais même pas pourquoi je cherche des excuses. Je la cherche du regard, c’est tout, il n’est pas nécessaire de trouver une justification. Elle ne se trouve plus au même endroit que tout à l'heure, je lève un instant un sourcil et je cherche aux alentours. Je me dis qu'ici, dans cette étendue immense, une personne peut disparaître en un clin d'œil sans que personne ne s'en rende compte. Stupide idée, il faut vraiment que j'arrête de voir tout de manière si sombre. D'ailleurs, je l'aperçois à nouveau, elle nage vers la plage. Du moins, c'est ce que je pense, je ne vois pas son pitoyable état. Il faut dire qu'une certaine distance nous sépare. Alors qu'elle s'approche du bord, elle ne se relève pas, pourtant elle doit avoir pied, je ne comprends pas, je ne percute pas tout de suite que quelque chose ne va pas. Elle arrive sur le sable grâce à une vague qui s'éloigne aussitôt et avant que je puisse réagir, je l'entends crier. « Y’a quelqu’un ici ? J’ai besoin d’aide… » Par réflexe, je jette un coup d'œil autour de moi, il y a du monde sur la plage pourtant personne ne bouge. Je lève un instant les yeux au ciel tout en me relevant aussitôt. Depuis quatre ans, j'évite un maximum les gens, mais à côté de ça, depuis que je suis sorti de prison, je consacre énormément de temps aux autres, plutôt paradoxal. J'ai pris l'habitude d'aider une petite mamie qui vit dans notre immeuble avec Camryn, je l'aide avec ses courses, je passe du temps avec elle. Il m'est également arrivé il y a quelques jours de discuter avec une maman dans un parc. Autrefois, j'étais quelqu'un de très sociable, j'ai gardé des traces de ma vie passée, puis j'ai le cœur sur la main, j'aime aider mon prochain et je n'attends rien en retour. Donc quand j'entends la jeune femme demander de l'aide, je ne réfléchis pas, je ne me dis pas que je cherche un peu de tranquillité, non, je bondis rapidement et je m'approche en vitesse d’elle. Au premier abord, je ne vois pas ce qui cloche, elle semble dans un sale état puisqu'elle est allongée sur le sable et qu'elle ne semble pas en capacité de se relever, mais je ne capte pas pourquoi. Il faut dire qu'en même temps, je suis loin d'être un médecin. Je me mets alors à sa hauteur, doucement, je murmure. « Vous allez bien ? » C'est stupide comme question vu son état, mais c'est aussi très humain. Je ne cherche pas à la dégager ni à la déplacer, après tout, pour l'instant, je ne sais pas ce qu'elle a et avec ma chance, je ne ferais qu'empirer son état. J'ajoute alors. « Qu'est-ce qui s'est passé ? » Je perçois à mon intonation mon accent très français qui va certainement me suivre un bon moment, il faut dire que je suis ici depuis moins d'une semaine. Je me débrouille relativement bien en anglais, je suis déjà venu pendant un an durant un échange scolaire au lycée, mais je n'ai jamais perdu mon petit accent.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Dim 19 Juil - 23:33



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier

En attendant que quelqu'un daigne m'aider, je tente de me déplacer sur le dos. Je grimace de douleur en sentant ma jambe me bruler douloureusement, à croire que je m'étais bien blessée. Relevant ma tête doucement en dégageant les cheveux de mon visage, j'entends une voix proche de moi. C'était une voix masculine mais douce, enfin quelqu'un d'assez gentil pour me prêter attention. « Vous allez bien ? » J'hoche la tête en levant mes yeux en direction de mon interlocuteur. Je reconnais un léger accent lorsqu'il prend la parole, mais je ne vois pas duquel il pourrait s'agir. De toute façon ca n'a jamais été mon fort mais je trouve ca plutôt "mignon", j'ai toujours adoré les gens qui se démarquait des autres. Je tousse doucement en sentant des gouttes d'eau s'écraser sur ma main, probablement avalées quand j'avais bu la tasse quelques minutes plus tôt. « J'ai connu mieux » Je lui souris avant de grimacer a nouveau la douleur me lançant toujours. Je ne voulais pas lui faire peur s'il s'agissait seulement d'une crampe mais je voulais aussi me rassurer moi même. De plus, je ne pouvais m'empêcher de le regarder directement dans les yeux, il semblait vraiment gêné de ce qu'il m'arrivait. Ces yeux était d'un joli brun..Mais qu'est ce qu'il me prenait à dire des trucs pareil, ma vie de célibataire commencait à me monter à la tête. Je sentais soudain mon coeur s'accélérer, j'étais surement encore un peu choquée de ma chute ou peut-être étais-ce pour une autre raison. « Qu'est-ce qui s'est passé ? » « J'ai chuté de ma planche et je pense que sur le coup ma jambe m'a lachée sûrement une vilaine cr..» C'est alors que je baissa enfin mes yeux vers ma jambe et la j'aperçu sur ma cuisse une énorme cloque. Je comprends directement qu'il s'agit d'une piqûre de méduse. Une de ses saletés à du me piquer lors de ma chute, sûrement surprise par mon arrivée dans l'eau. Je porte directement ma main sur la blessure et gémis entre mes dents. La douleur ne fait qu'empirer et je sais malheureusement que cela peut-être mortel. «Oh mon dieu... Appelez un médecin c'est une piqûre de méduse! C'est une piqûre je suis pas dingue non? J'en reviens pas, comment elle a eu le temps de me piquer cette saloperie! » La panique me prit de cours, en temps normal une petite blessure ne me faisait pas peur. Même dans mon métier je me blessais très souvent lors de course poursuite ou de mission. Mais jamais encore je n'étais sur le point d'y risquer ma vie, enfin c'est ce que mes parents m'ont toujours dit pour m'éloigner de la plage. Ne jamais s'approcher des méduses leurs piqûres peuvent être mortelles. J'observais à nouveau le jeune homme mes yeux s'aggrandissant alors que je cherchait à être rassurée. En pensant à mes parents, si je finissais à l'hôpital ils s'inquiéteraient et en feraient des tonnes. Rien que lorsque je m'étais foulé la cheville pendant une randonnée, il m'avait chouchouter et garder à la maison pendant plusieurs semaines. Tout ce que je ne voulais plus maintenant que j'étais une adulte responsable. Posant mes mains dans le sable pour me stabiliser, je me relevait pour m'asseoir. Même si la brûlure ne diminuait pas et continuait de me lancer, il fallait que je fasse semblant que je la supportait. Déjà que je m'étais laisser échouer sur la plage comme une baleine, je ne voulais pas plus m'embarasser devant lui.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Lun 20 Juil - 1:08

alerte à malibu
ivy & léo
La surfeuse hoche doucement la tête en réponse à ma question stupide. Ça ne m'étonne pas vraiment, il faut croire qu'elle fait partie de ces personnes qui n'aiment pas montrer leurs faiblesses à de parfaits inconnus et je ne peux pas vraiment lui en vouloir pour ça. Elle se met alors à tousser et laisse échapper de l'eau de sa bouche, puis marmonne. « J'ai connu mieux. » Un léger sourire, une grimace à cause de la douleur. Tu m'étonnes qu'elle a connu des jours meilleurs, elle ne semble vraiment pas au meilleur de sa forme. Je ne sais pas vraiment quoi faire, je ne suis pas médecin et j'ai bien eu quelques notions de secourisme, mais ça remonte à des années, puis ça consistait surtout à réanimer une personne inconsciente et jusqu'à preuve du contraire, la jeune femme est tout ce qu'il y a de plus conscient. Je tente de garder un air serein, inutile de l'affoler pour rien, surtout que si ça se trouve ce n'est rien. Discrètement, je jette un coup d'œil du côté de la plage, il n’y a pas une seule putain de personne qui a bougé son cul, il faut croire que les Australiens sont aussi attentionnés que les Français, dis donc. Je lui demande ce qu'il s'est passé et elle me répond rapidement. « J'ai chuté de ma planche et je pense que sur le coup ma jambe m'a lâchée sûrement une vilaine cr... » Elle s'arrête en plein milieu de sa phrase en regardant sa jambe. Je la regarde un instant surpris, puis je suis son regard et tout comme elle j'aperçois une cloque qui orne sa cuisse. Je fronce un instant les sourcils, merde, ce n’est pas vraiment une crampe... Je ne sais pas du tout ce que ça peut être, encore une fois je ne suis pas médecin, mais ça ne semble annoncer rien de bon. Elle touche sa blessure, certainement pour atténuer la douleur sauf que ça a l'effet inverse. Je la sens alors qui commence à paniquer, ses propos viennent d'ailleurs le confirmer. « Oh mon dieu... Appelez un médecin c'est une piqûre de méduse ! C'est une piqûre je suis pas dingue, non ? J'en reviens pas, comment elle a eu le temps de me piquer cette saloperie ! » Adieu son air calme, son envie de faire comme si ça allait parfaitement alors qu'elle souffre le martyre. Elle me demande de confirmer son diagnostic et j'essaie de réfléchir en vitesse. Putain, mais je n’en sais rien si c'est une piqûre de méduse ou une réaction allergique due au sel, bon, je ne suis pas sûr que ça existe de toute façon. Comment lui dire que je n’y connais absolument rien, je ne suis pas d'ici, la mer, j'y vais une fois tous les deux ans et encore, les méduses, c'est loin d'être mon quotidien. J'inspire doucement et ma franchise naturelle reprend le dessus. « Je ne sais pas du tout, mais en tout cas, ce n'est vraiment pas beau à voir. » Et là, c'est un de ces moments où j'ai qu'une envie, m'enfouir sous Terre en me maudissant pendant une bonne vingtaine de minutes. Je ne suis pas du genre à réfléchir avant de parler et j'ai tendance à dire ce que je pense quand je le pense, ça m'a causé beaucoup de torts dans ma vie, mais là, je pense que ce n’était vraiment pas le moment de faire stresser un peu plus la demoiselle. Je réfléchis un instant, puis je ne sais pas comment ni pourquoi, un vieux souvenir remonte.

On est installé devant la télévision, tu prends toute la place sur le canapé et c'est la millième fois que je te demande de pousser ton gros cul, mais tu m'envoies royalement chier. J'aime ta compréhension et ta gentillesse, vraiment. À la télévision, une comédie à la noix, un jeune homme vient de se faire lui aussi piquer par une méduse, son pote s'apprête à lui uriner dessus pour apaiser la douleur. C'est à ce moment-là que tu interviens. « Le truc à ne surtout pas faire, il est stupide ce film. » Je te regarde ahuri, tu te fous de ma gueule, là ? C'est toi qui m'as supplié, qui m'as fait chier pour qu'on regarde ce truc et maintenant tu me sors ça. T'es vraiment bizarre, puis : « qu'est-ce que t'y connais toi en piqûre de méduse ? » Tu te mets à rire doucement, tu prends ce petit air supérieur qui m'énerve et tu me lances. « Figure toi que je ne passe pas ma vie devant la télévision et que je côtoie le monde extérieur, moi ! Je me suis fait piquer plusieurs fois par des méduses chez mes grands-parents. Dans ce cas-là, le mieux c'est de passer de l'eau de mer, après tu poses du sable dessus, t'attends que ça sèche, puis tu l'enlèves avec l'eau de mer toujours et tu recommences. » J'explose doucement de rire au vu de ton air beaucoup trop sérieux alors que tu critiques un film à la con et entre deux éclats, je te lance. « Excuse-moi, docteur. » Je me fous de toi, ouvertement...

Je reviens rapidement à la réalité, je chasse ce souvenir, un souvenir heureux auprès de toi, ce n'est pas le moment d'y penser. Je pose mon regard dans celui de la jolie inconnue et je lance d'un ton que j'espère apaisant. « Vous en faites pas, je pense savoir quoi faire. » Oui, bon, il y a vraiment un moment où il faudra que j'abandonne cette franchise qui me caractérise, surtout dans des instants pareils. J'ai le don de ne pas du tout être rassurant alors que j'essaie de l'être au maximum. J'espère vraiment que ce que tu disais est vrai parce que je m'improvise secouriste là et franchement, à part le souvenir de tes propos, je n’y connais absolument rien en méduse. Je prends délicatement la main de la surfeuse que j'éloigne de sa blessure tout en lui souriant doucement. C'est presque un miracle ce petit rictus qui ressemble à un sourire, ça fait un bail qu’il n’est pas apparu sur mes lèvres. Heureusement que la demoiselle se trouve encore les pieds à moitié dans l'eau, ça va me faciliter la tâche. J'attrape de l'eau dans ma main et je souffle. « En tout cas, vous êtes vraiment douée sur une planche. » Je parle pour lui changer les idées, je ne sais pas qu'elle effet ça peut avoir sur sa douleur ce que je m'apprête à faire, donc autant discuter si ça peut apaiser sa souffrance. Tout en lui parlant, je laisse couler l'eau sur sa plaie et je commence à rincer sa plaie de cette façon, si ça se trouve je me plante totalement, mais à vrai dire, j'ai confiance en toi, en tes propos, même si tu n'es plus là pour les confirmer. J’aurais peut-être mieux fait d’appeler un médecin, en fait, d’ailleurs, je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas fait dès le début.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Lun 20 Juil - 12:31



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier


J'observe de nouveau ma jambe après la remarque du brun. C'est vrai que ce n'était pas beau à voir mais j'avais déjà vu pire. Ma combinaison par contre était bonne pour être changée. On pouvait voir qu'elle était craquée complètement là où j'avais été piqué.  Elle devait ne pas avoir tenu le choc quand je m'étais étalée dans l'eau après ma chute. Vive les commandes sur le net à prix soit disant plus abordables qu'en magasin. Je finis par me rendre compte qu'il semblait perdu dans ses pensées, vraiment comme s'il se trouvait sur une autre planète. J'espérais qu'il ne me fasse pas un malaise s'il ne supportait pas le spectacle ou qu'il trouve une solution.  Parce que oui sa réponse ne m'avait pas vraiment aidée et s'il ne comptait pas appeler un médecin j'allais me retrouver mal. Mais en l'espace d'un instant j'eus l'impression d'avoir quelqu'un de complètement différent face a moi. Il semblait plus serein et ces paroles me le confirmèrent.  « Vous en faites pas, je pense savoir quoi faire. » Je m'inquiète quand même, mais sans savoir vraiment pourquoi je lui accorde ma confiance. Alors j'acquiesce sans vouloir faire une remarque blessante, de toute façon un médecin débarquerait dans longtemps s'il ne tentait pas quelque chose. Quand il pris tout à coup ma main pour la serrer dans la sienne, j'eus presque un mouvement de recul. Je n'étais pas habituée à ce genre de rapprochement mais je compris qu'il faisait seulement ça dans le but de me rassurer.  Alors je tenais sa main en retour dans la mienne, en priant pour qu'il sache ce qu'il faisait. Son sourire semblait sincère ce qui fit apparaître de nouveau le mien. J'en oubliais presque la douleur qui me donnait envie de prendre sa main et lui broyer dans la mienne. Pendant qu'il s'occupait de ma jambe je l'observais attentivement au cas où ce genre d'aventure m'arriverait à nouveau. Apparemment l'eau et le sable devrait avoir des effets bénéfiques puisqu'il me fait un mélange là où ma piqûre était devenue rouge flamboyante. Je me retenais de toutes mes forces de ne pas y toucher moi même car ça commençait vraiment à me démanger.  « En tout cas, vous êtes vraiment douée sur une planche. » Sa remarque me fit vraiment plaisir et j'eus l'impression que ma brûlure m'était monter jusqu'aux joues. J'aimais tellement recevoir des compliments mais celui la je ne m'y attendais pas. « Tu m'as vue depuis longtemps? Même si j'ai fais une chute monumentale j'essaye de m'ameliorer. J'ai appris à en faire il y a quelques années. » Bon ça allait faire quasi 7 ans que j'avais commencé à surfer, mais autant ne rien dire. Les compliments ca fait toujours plaisir. Pendant qu'il nettoie ma plaie, je serre les dents en tentant de penser à autre chose. J'essaye de trouver d'où pourrai provenir son accent maintenant qu'il engageait la discussion. Sûrement pas anglais, ni américain, peut-être allemand ou espagnol.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Lun 20 Juil - 14:29

alerte à malibu
ivy & léo
Je garde un air rassurant et apaisant, inutile de stresser bêtement la jeune femme en paniquant à mon tour. Je rince doucement sa plaie, cette fameuse piqure de méduse, du moins, ce que l'on pense être une piqure de méduse. Au fond, je n'y connais rien du tout, ça pourrait très bien être autre chose, mais la surfeuse semble persuadée qu'il s'agisse de cela, je ne vais donc pas la contredire vu mes connaissances inexistantes à ce sujet et je m'en tiens à son diagnostic. Au bout d'un moment, la plaie me semble suffisamment rincer, j'attrape donc du sable mouillé que je dépose dessus sans l'étaler, je répète l'opération jusqu'à ce que la piqure disparaisse totalement sous le sable. Tout en la « soignant » ou du moins en essayant du mieux que je peux avec les maigres souvenirs d'une conversation à ce sujet, autant dire que c'est beaucoup plus de l'improvisation qu’autre chose, j'engage la discussion avec la blessée. Je la complimente sur ses talents de surfeuse, en même temps, je n'y connais strictement rien en surf, mais je cherche à lui changer les idées, à l'éloigner de la douleur durant un court instant. Mes propos semblent lui faire plaisir, je ne relève pas la pointe rose qui colore légèrement ses joues. « Tu m'as vue depuis longtemps ? Même si j'ai fait une chute monumentale j'essaye de m’améliorer. J'ai appris à en faire il y a quelques années. » Je pose à nouveau mon regard sur elle, il faut attendre que le sable sèche maintenant, donc inutile de me focaliser sur la piqure, de toute façon, ce n'est pas en la regardant intensément que la douleur va disparaître. J'observe un peu plus précisément la jeune femme en face de moi, elle semble relativement jeune, du moins bien plus jeune que la plupart des personnes avec qui j'ai pu échangé ces derniers temps. J'ai tendance à fuir les personnes en général, mais encore plus celles de mon âge, je suis un professionnel quand il s'agit de détruire la vie d'autrui, je préfère donc être seul. Puis, ajoutons à cela que je viens de sortir de prison pour homicide involontaire, je ne suis pas la personne la plus fréquentable du monde, du moins, c'est ce que je ne cesse de me répéter afin de justifier mon choix d'isolement. Je souris doucement, deux fois en moins de deux minutes, décidément, je devrais jouer les apprentis médecins plus souvent, ça me réussit plutôt bien.  « Un petit moment, oui. En tout cas, vous êtes plus douée que moi, ce qui ne doit pas être bien compliqué. Je me disais qu'à l'occasion je m'y mettrais aussi, ça a l'air sympa, si on oublie les piqures de méduse. » À ces propos, je montre d'un signe de tête sa blessure. Je fuis les gens depuis quatre ans, d'abord en prison, puis depuis ma sortie pourtant ça revient tellement naturellement, c'est comme le vélo. Une pointe d'humour, l'intonation qu'il faut, à croire que je n'ai pas joué les ermites pendant quatre ans. La souffrance reste bien présente, mais durant un temps, je me focalise sur quelqu'un d'autre, je laisse ma douleur de côté. C'est certainement pour cela que j'apprécie autant de passer du temps avec la petite mamie de l'immeuble, elle me permet d'oublier pendant un petit instant. Je regarde le sable sur la cuisse de la jeune inconnue, je ne sais pas si c'est le moment où je dois rincer, mais je préfère attendre. J'ajoute tout de même. « Je pense que vous devriez tout de même passer chez le médecin, au fond, je n'y connais pas grand-chose en piqure de méduse. » Au temps lui dire tout de suite, histoire qu'elle ne se fie tout de même pas trop à mes talents médicaux inexistants.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Lun 20 Juil - 20:20



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier


J'aperçois un nouveau sourire sur son visage, au moins je me dis que je ne lui fais pas entièrement perdre son temps. Pour quelqu'un qui ne pensait rien y connaître en quelques temps il avait trouver la solution. Du moins, la douleur commençait déjà à se dissiper depuis le temps que j'étais assise à souffrir. « Un petit moment, oui. En tout cas, vous êtes plus douée que moi, ce qui ne doit pas être bien compliqué. Je me disais qu'à l'occasion je m'y mettrais aussi, ça a l'air sympa, si on oublie les piqures de méduse. » Je me mis à rire pour décompresser tout en lâchant sa main pour passer la mienne dans mes cheveux complétement trempés. Je devais lui faire peur mais je m'en fichais un peu, il comprendrait surement que je n'étais pas une fille superficielle ou qui prenait soin d'elle tout le temps.« Tu peux me tutoyer tu sais, tu viens de me sauver la vie.. s'il s'agissait bien d'une méduse j'aurais pu finir mal. Si t'as besoin de cours je pourrais bien te dépanner et venir avec toi. Enfin une fois que je serais remise sur pied. » Je n'étais pas la meilleure des surfeuses du pays, mais je me débrouillais alors je pourrais largement donner des conseils à un débutant. Un frisson me parcourut quand une rafale de vent passa près de moi. Je cherchais alors du regard où j'avais pu mettre ma serviette, l'endroit ne me revenant plus en tête. J'aurais bien besoin de me sécher et rentrer chez moi me reposer avec un bon thé chaud mais je sentais que je ne pourrais pas conduire si la douleur ne se dissipait pas plus. « Je pense que vous devriez tout de même passer chez le médecin, au fond, je n'y connais pas grand-chose en piqure de méduse. » Je savais très bien qu'il avait raison, mais je ne tenais pas dans mon cœur les médecins et ni les hôpitaux. Il me prendrait surement pour une dingue si je lui disait le contraire. « Je pense avoir du mal à m'y rendre toute seule pour le moment, j’appellerais quelqu'un si ça s'aggrave. Déjà là je vais avoir du mal à conduire, je ne me vois pas aller en ville. » Elle soupira en baissant les yeux sur sa blessure qui semblait ne pas dégonfler pour le moment. En plus elle venait de faire une rencontre qui lui semblait agréable et elle n'avait pas très envie de le quitter comme ça. Il m'avait aider sans m'ignorer comme beaucoup ne l'aurait pas fait à sa place et rien que pour le geste je sentais que je lui devais quelque chose.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Lun 20 Juil - 22:16

alerte à malibu
ivy & léo
Elle lâche ma main, je ne me suis même pas rendu compte que je la gardais dans la mienne depuis tout à l'heure. Elle rit doucement, un son agréable et léger, un son que je ne connais plus vraiment. À force de m'enfermer dans ma douleur, j'ai fini par en oublier les plaisirs simples de la vie, sourire, rire, être heureux simplement. Elle passe sa main dans ses cheveux, contrairement à ce que pense la demoiselle, je me fiche totalement de son apparence, du fait qu'elle ne soit pas forcément présentable selon les normes habituelles. Il faut dire que je ne regarde plus les femmes comme avant, je ne cherche plus à séduire, je ne cherche plus à attirer le regard des femmes simplement pour te faire rager et je les vois sans y faire vraiment attention. Mon esprit est hanté par ton souvenir, chaque fois qu'une femme pourrait supposément me plaire, je la compare à toi et je lui trouve tout un tas de choses qui ne vont pas. Puis, je n'ai jamais été attiré par les jeunes femmes qui ne peuvent sortir sans passer une heure dans la salle de bain et qui se préoccupent beaucoup trop de leur image.

La jeune femme, dont je ne connais toujours pas le prénom, me lance. « Tu peux me tutoyer tu sais, tu viens de me sauver la vie... s'il s'agissait bien d'une méduse j'aurais pu finir mal. Si t'as besoin de cours, je pourrais bien te dépanner et venir avec toi. Enfin une fois que je serais remise sur pied. » Je repose mon regard sur sa blessure actuellement recouverte de sable, effectivement, les cours de surf ne risquent pas d'être au programme aujourd'hui. Je réfléchis un instant à sa proposition, pourquoi pas. Après tout, je n'ai rien à perdre, au contraire. Au pire, si ça ne me plaît pas, je pourrais toujours arrêter. Je souffle. « Pourquoi pas, j'espère simplement que tu as de la patience. » Je viens tout juste de la rencontrer, je doute que je la revoie et encore plus qu'elle me donne des cours, mais si ça venait à se produire, il lui faudrait vraiment une patience monumentale. Je ne suis jamais monté sur une planche et je risque de me retrouver beaucoup plus souvent dans l'eau que sur la planche. Un souffle d'air frais passe et la jeune femme frissonne doucement. Si on avait été dans un film, j'aurais eu une veste à lui passer, sauf que je n'ai que mon tee-shirt sur moi et vu que sa combinaison est trempée, elle risque de ne pas se réchauffer tout de suite, surtout si on reste à proximité de l'eau comme ça. « Je rince le sable et on part se mettre au chaud, tu n'as pas pris une serviette ? » Aussitôt dit, aussitôt fait. Je prends à nouveau de l'eau dans mes mains que je passe sur sa jambe, au début le sable colle un peu plus, mais il finit par s'enlever. Je ne touche pas la plaie, je risque de lui faire plus mal qu'autre chose, je continue jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de sable. Je lui conseille d'aller voir un médecin tout de même et elle me lance avant de soupirer. « Je pense avoir du mal à m'y rendre toute seule pour le moment, j’appellerais quelqu'un si ça s'aggrave. Déjà là je vais avoir du mal à conduire, je ne me vois pas aller en ville. » Conduire. Merde. Je réfléchis en vitesse, il y a des années de cela, j'aurais pu lui proposer de la ramener chez elle, aujourd'hui, je n'ai plus de permis et il est hors de question que je grimpe dans une voiture. Je me relève doucement, je lui tends ma main pour l'aider à se lever et à marcher, puis je lui dis. « Je peux t'appeler un taxi si tu veux. » Si j'avais été un vrai gentleman, j'aurais pu l'accompagner dans le taxi, mais rien que d'y penser j'ai des sueurs froides.
electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Mar 21 Juil - 0:49



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier


« Pourquoi pas, j'espère simplement que tu as de la patience. »
Sa réponse me surprends un peu, je m'attendais plus à un refus qu'autre chose. Mais ça semblait l'intéresser quand même de pouvoir apprendre ce qui me donnait vraiment envie de lui rendre ça en retour. « Bien sur que je suis patiente! Je suivrais ton rythme, ce qui compte c'est que tu sache tenir sur la planche. Après c'est une question d'habitude. » Je lui fis un grand sourire comme pour lui dire que je n'étais pas là pour le forcer à quoi que ce soit. Je lui proposais par gentillesse mais je voyais bien que quelque chose le retenait d'accepter. « Je rince le sable et on part se mettre au chaud, tu n'as pas pris une serviette ? » Je cherchais à nouveau du regard l'emplacement où j'avais laisser mes affaires. J'apercu au loin ma serviette orange et je lui désigna de la main en me doutant qu'il allait devoir m'aider pour aller la chercher.« Là-bas j'ai laisser mes clés de voiture avec. » J'attendis qu'il ait finit de me retirer le sable pour regarder à nouveau ma cuisse. La blessure faisait déjà moins peur, il devait avoir fait ce qu'il fallait pour m'éviter un aller simple à l'hôpital. Rien que pour ça je lui en étais vraiment reconnaissante mais le pauvre allait devoir encore m'aider pour rentrer jusqu'à chez moi. J'étais vraiment gênée d'une rencontre où j'étais quasi une assistée ou comme une enfant. J'ai plus l'habitude de venir en aide aux autres plutôt que l'on s'occupe de moi. Je prends sa main dans la mienne en me relevant doucement. La douleur était maintenant suportable mais je sentais que j'allais devoir me tenir proche de lui pour ne pas tomber. Maintenant à sa hauteur je pu remarquer que l'on faisait la même taille. C'était bien la première fois que je rencontrais un mec qui était pas très grand tel que moi. Je pouvais enfin mieux le vokr maintenant que ma panique s'était dissipée. Je pouvais parier qu'il était plus jeune que moi. « Je peux t'appeler un taxi si tu veux. » Je commençais à me diriger vers mes affaires en boitillant au départ ayant peur que je souffre à nouveau le martyr. « Ma voiture m'attends sur le parking pas loin d'ici. Tu pourrais me ramener ou tu as autre chose à faire? J'en demande beaucoup je sais. Désolé. » Je m'arretais pour l'attendre voyant qu'il n'avait pas bouger. Un léger sourire gêné sur les lèvres en m'imaginant qu'il ne pourrait me refuser ça. Je ne voulais pas attiser sa pitié et j'avais une petite idée derrière la tête s'il me ramenait près de chez moi. J'espérais avoir laisser dans mon tableau de bord un peu de monnaie sur moi.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Mar 21 Juil - 3:31

alerte à malibu
ivy & léo
« Bien sûr que je suis patiente ! Je suivrais ton rythme, ce qui compte c'est que tu saches tenir sur la planche. Après c'est une question d'habitude. » À l'écouter, ça semble bien simple, même si j'ai tout de même une réserve là-dessus. Je lui adresse un sourire en coin, je pose mon regard dans le sien, mais je ne réplique rien, à quoi bon ? En soi, le fait qu'elle me propose d'apprendre à surfer est sympa, mais c'est une formalité, un moment où on échangeait des banalités pour qu'elle pense à autre chose. Je sais pertinemment que je ne reverrais probablement cette jeune inconnue, Brisbane est une grande ville et au fond, ce n'est pas plus mal.

Alors que je rince sa plaie et après que je lui ai demandé si elle a pris une serviette, elle me montre un endroit plus loin. « Là-bas, j'ai laissé mes clés de voiture avec. » Je regarde dans la direction qu'elle me montre, c'est un peu après l'endroit où j'ai laissé ma guitare et mes chaussures, ça tombe bien. Je me relève et je lui tends ma main afin de l'aider à se relever et elle la prend sans se faire prier. Une fois debout, je la scrute un instant, elle semble souffrir encore, mais beaucoup moins que lorsqu'elle s'est « échouée » sur le sable. Elle se met rapidement en marche vers ses affaires et je lève un instant les yeux au ciel, décidément, je suis tombé sur une jeune femme qui ne compte pas s'apitoyer sur son sort. Je m'apprête à la suivre quand elle me lance. « Ma voiture m'attend sur le parking pas loin d'ici. Tu pourrais me ramener ou tu as autre chose à faire ? J'en demande beaucoup, je sais. Désolé. » Je reste un instant statique, la ramener chez elle dans sa voiture. Euuh... Comment lui expliquer que c'est une chose totalement impossible sans qu'elle me prenne pour une personne totalement tarée? J'inspire doucement, Léo calme toi, ça ne sert à rien de te mettre déjà à stresser pour rien. Je souffle doucement, depuis l'accident, je ne supporte plus les voitures. Je ne suis jamais repassé derrière un volant, il faut dire que mon permis m'a très vite été retiré, mais je ne supporte pas non plus d'être un simple passager. Il faudra vraiment qu'un jour je réussisse à passer au-dessus de cela, mais ce n’est pas pour tout de suite. À chaque fois que je rentre dans une voiture, je revis l’accident et honnêtement, je n’ai vraiment pas envie de tenter le diable aujourd’hui avec cette jeune femme que je ne connais de nulle part. Après un léger silence, je lui souffle tout en avançant vers elle. « Ne bouge pas, je vais chercher tes affaires ce sera plus simple. » D'une certaine façon, oui, ça lui évitera de faire un détour jusqu'à sa serviette alors qu'elle boite, mais c'est surtout une façon détournée de m'éloigner durant un instant. Je ne peux pas prendre sa voiture, mais en même temps, je ne peux pas la laisser dans cet état, enfin, je pourrais, mais ce n'est pas vraiment mon genre. Je lui adresse un bref sourire et je m'éloigne avant même qu'elle ne puisse réagir, c'est stupide de réagir de cette façon, je le sais très bien, mais je ne le contrôle pas vraiment. Je pars chercher sa serviette et ses clés de voiture, puis en revenant je prends également ma guitare et mes chaussures que j'ai laissées là quelques instants plus tôt pour la rejoindre quand elle a demandé de l'aide. Je reviens alors vers la jolie inconnue et je lui tends sa serviette et ses clés de voiture. « Je ne peux pas t'aider, je n'ai pas le permis. » Je n'ai plus le permis aurait été plus exact, mais elle n'est pas obligée de savoir ce genre de choses, puis ce n'est qu'un demi-mensonge. Je n'ai pas vraiment envie de m'étaler sur mon passé avec une parfaite inconnue, d'ailleurs, j’ai envie de parler de ce passé avec personne, inconnu ou non. Je lui adresse malgré tout un sourire désolé et je lui propose à nouveau. « Mais comme déjà dit, je peux t'appeler un taxi. »

electric bird.



Dernière édition par Léo Garnier le Mer 22 Juil - 17:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Mer 22 Juil - 15:01



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier


« Ne bouge pas, je vais chercher tes affaires ce sera plus simple. »
Je n'eus pas vraiment le temps de le suivre qu'il était déjà loin, comme si il était pressé. Peut-être que je me rendais pas compte qu'il était trop gentil pour m'envoyer balader alors qu'il avait autre chose à faire de sa journée que de m'aider. Ou bien de me revoir pour avoir des cours de surf par une inconnue. Alors j'attendis sans bouger plutôt que de faire la têtue et le suivre en boitillant comme un canard. Je devrais vraiment voir un médecin même si j'en avais vraiment pas envie, perdre mon temps dans la salle d'attente me rendait dingue. Lorsqu'il fut revenu je pris mes affaires en lui souriant et je tenta directement d'essuyer mes cheveux dedans pour avoir moins l'air d'un chien mouillé. Le voir revenir avec une guitare m'intrigua, un artiste, c'est pourquoi il semble tellement dans son monde. Je finis par passer ma serviette autour de mes épaules le vent se faisant de plus en plus violent sur la plage. « Je ne peux pas t'aider, je n'ai pas le permis. » Eh merde, j'allais définitivement devoir prendre un taxi et récupérer ma voiture plus tard. En espérant qu'on ne me la vole pas si elle devrait rester là quelques jours, ça serait déjà bien. « Bon alors appelle moi un taxi. Je ne me vois vraiment pas conduire maintenant. » Au fond j'étais vraiment déçue, nos chemins allaient se séparer comme ça alors qu'il venait de m'aider. Et puis je ne me voyais pas lui demander son numéro de téléphone pour l'emmener manger quelque part pour sa gentillesse. Je passerais pour une aguicheuse, enfin en tout cas une qui voudrait le draguer. Je ne connaissais rien de lui en plus, alors autant ne rien dire. Si ça se trouve c'était un musicien étranger qui était simplement en tournée ici à Brisbane. Je n'y connais pas vraiment grand chose en people apart grâce à Bray mais lui je ne pense ne l'avoir vu nulle part. « Merci en tout cas pour ton aide, sans toi je ne sais pas comment j'aurais fait pour me sortir de là. » Je posais ma main sur son avant bras comme pour lui montrer que c'était sincère. J’espérais qu'il ne réagisse pas mal face à ça, moi qui d'habitude n'était pas très tactile.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Mer 22 Juil - 19:01

alerte à malibu
ivy & léo
Elle attrape la serviette que je lui tends et commence à s'essuyer les cheveux. Elle ne frissonne plus, pourtant le vent souffle encore et c'est certainement pour cela qu'elle pose la serviette mouillée sur ses frêles épaules. Je lui explique donc que je n'ai pas le permis, elle ne relève pas et je ne vais pas m'en plaindre, mais elle me demande tout de même. « Bon alors appelle moi un taxi. Je ne me vois vraiment pas conduire maintenant. » En effet, vu l'état de sa jambe, ce ne serait pas l'idée du siècle. Je m'apprête à prendre mon téléphone dans ma poche afin de chercher le numéro d'un taxi, mais elle enchaîne. « Merci en tout cas pour ton aide, sans toi je ne sais pas comment j'aurais fait pour me sortir de là. » Elle pose alors sa main sur mon avant-bras et durant un court instant, je ne sais pas comment réagir. Tout à l'heure, j'étais proche d'elle, tactile, mais c'était parce qu'elle était blessée et que j'essayais au mieux d'apaiser sa souffrance. Sauf que là, ce n'est plus du tout le cas, je ne suis pas quelqu'un de particulièrement proche des gens, en même temps, ça fait plus de quatre ans que je ne parle quasiment à plus personne. Mais même avant l'accident, je ne l'étais pas ni avec ma famille ni avec personne d'autre d'ailleurs, sauf Héloïse. J'observe un instant sa main, je ne dis rien, mais je pose mon regard dans le sien et je lui lance. « C'est normal. » Doucement et le plus naturellement possible, enfin j'espère, je me dégage de cette proximité, je prends mes chaussures dans la même main qui tient la guitare et de l'autre, j'attrape mon téléphone dans ma poche. C'est stupide de réagir de cette façon, mais je n'ai jamais été très à l'aise avec ce genre de geste. Je lui souris doucement malgré tout, j'espère au fond qu'elle ne s'en est pas rendu compte ou qu'elle ne le prendra pas mal. « Je vais appeler un taxi. » De l'extérieur, on pourrait croire que je fais tout pour ne plus la voir et enfin être tranquille, alors que ce n'est pas le cas. J'apprécie la présence de la jeune surfeuse, elle me permet de penser à autre chose qu'à mon passé, mais je ne suis pas aussi à l'aise qu'avant en présence d'autrui. Avant, j'étais quelqu'un de relativement sociable, maintenant, je fuis les gens et ça se ressent sur mon comportement. Puis, au vu de l'état de sa cuisse, il vaut mieux éviter de traîner, je n'y connais rien en piqure de méduse, mais c'est peut-être plus grave qu'il n'y paraît. Je m'éloigne alors doucement, je n'aime pas vraiment passer de coups de fil en présence de quelqu'un, une mauvaise habitude que j'ai gardée. Je cherche sur internet le numéro d'un taxi et j'appelle aussitôt. J'essaie d'être le plus précis possible sur l'endroit où je me trouve, mais vu mes maigres connaissances sur Brisbane, c'est assez approximatif. Finalement, en m'aidant des enseignes que j'aperçois au loin et après avoir évidemment précisé que j'étais sur la plage artificielle, mon interlocuteur semble enfin me situer. Il raccroche en me précisant qu'il y aura un peu d'attente. Je me redirige vers la jeune femme et je lance. « On a un peu plus de vingt minutes pour quitter la plage, je pense que ça devrait être faisable. » Une petite pointe d'humour comme pour m'excuser de ma soudaine distance. J'ajoute rapidement. « Tu veux qu'on aille boire un truc chaud pour que tu puisses te réchauffer en attendant ? » Il vaut mieux ne pas rester sur la plage avec ce vent alors que quelques minutes auparavant elle frissonnait.

electric bird.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   Ven 24 Juil - 11:48



Alerte à Malibu
Ivy Halstead & Leo Garnier


Une fois que je deviens tactile avec lui, c'est lui qui semble distant. J'observe mais je ne dis rien, après tout je ne le connais pas. Il pourrait très bien être en couple et se sentir gêner par la situation. Ce n’est jamais facile de rejeter une inconnue même si mon geste ne voulait absolument rien dire pour moi. Il s’éloigne de quelques pas pour téléphoner et je me contente d’attendre en le détaillant du regard. J’aurais pu croire qu’il voulait se débarrasser de moi au plus vite mais sans savoir pourquoi je ne ressentais pas ce sentiment. Je ne voyais jamais le mal chez les autres, sauf quelques exceptions, lui il semblait plutôt rangé dans la case des mystérieux/timides. Lorsqu’il revint vers moi après son coup de fil, il semblait comme libérer d’un point. J’aurais sûrement du l’appeler moi-même si j’avais deviné que c’était une « épreuve » pour lui de passer un coup de fil. « Tu veux qu'on aille boire un truc chaud pour que tu puisses te réchauffer en attendant ? » Sa proposition me fit vraiment plaisir, j’avais bien raison c’était un mec qui avait un bon fond. La plage était désormais quasi vide et mon ventre criait famine. Avec tout ce qui m'était arrivé depuis ce matin, rien de tel qu'une boisson chaude pour tout arranger. Bon, je voulais bien allez boire quelque chose pour me réchauffer mais comment entrer quelque part en combinaison de surf. En plus de ça j’allais mettre trois plombes pour marcher et ma blessure attirerait tous les regards. J’allais juste passer pour une folle dingue auprès des gens. « Tu crois que ça va passer avec ça ? » Je lui désignais ma cuisse en souriant, il valait mieux prendre ça à la rigolade qu’autre chose. Le gonflement faisait moins peur à voir mais on aurait pu croire que j'étais trop pauvre pour aller m'acheter une nouvelle combi. « On devrait aller au bout de la rue, un gars à un stand ambulant pour tout ce qui est café, pâtisseries. Je pourrais m’asseoir sur un banc et passer inaperçue en attendant. » J'haussais les épaules en attendant sa réponse. Je connaissais tellement Brisbane comme ma poche. J’en avais passer des journées à la plage avec mon frère étant enfant. Mes parents étaient tellement attentionnés qu'ils nous donnaient toujours un peu d'argent de poche en sachant qu'on s’achèterait quelque chose sur le chemin du retour. En période d'été tous les vacanciers été attirer par les marchands de glaces et tout autre bouffe typique.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: alerte à malibu ❖ ft. ivy h.   

Revenir en haut Aller en bas
 

alerte à malibu ❖ ft. ivy h.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
upside down :: 
05 - a small escape
 :: Ashes & Dust :: ancient history
-