AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR UPSIDE DOWN
Nous sommes heureux de vous accueillir et espérons que vous vous plairez à Brisbane.
En cas de question ou de problème n'hésitez pas à contacter Barbie & Abbadon. Elles se feront un plaisir de vous répondre!♥
~ Ils ont besoin de vous ❉
Ils recherchent un partenaire de rp, aidez les donc en venant par ici
Ces scénarios sont recherchés par les membres. Laissez vous tenter!
bazzarttop sitePRD
AIDEZ NOUS À AVOIR D'AUTRES COUPAINS!

Partagez | .
 

 And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Lun 10 Aoû - 21:52


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
La nuit est déjà tombée depuis longtemps sur Brisbane et je dois rejoindre Denaël au bar où il travaille. Un sourire aux lèvres, je rejoins le bouclé dans son bar, là où bosse et passe une bonne partie de son temps. J'aime bien cet endroit même si j'avoue que savoir que des filles viennent juste pour lui me dérange, mais je n'ai rien à dire là dessus. J'arrive donc au bar et je m'assieds sur un des tabourets en regardant mon magnifique bouclé servir ses verres le temps qu'il finisse son service. Je le regarde en posant un coude sur le bar et mon menton sur ma main et je ne peux retenir le sourire qui se dessine sur mes lèvres. Il est magnifique, ses cheveux mi-longs et tous bouclés plein de sueur et dans tous les sens... Je passerais bien au dessus du bar pour le prendre là et tout de suite. Mais bien entendu je ne peux pas faire ça. Quoi que... Non, je dois me contenir. Je regarde ses jolies fesses se dandiner pendant qu'il serre un groupe de filles qui lui laisse un beau pourboire et je serre les dents en me disant qu'elles sont en train de le draguer et j'aime pas ça du tout. Je déteste savoir qu'il plait aux femmes. Déjà que je hais savoir qu'il couche avec sa femme me rends malade, mais si en plus il touche à d'autres personnes alors là je pète un câble facilement c'est clair. Je vois ses muscles danser sous son t-shirt, sa peau collante et pleine de sueur autant que ses cheveux et ça suffit à me rendre fou ! Je détourne le regard et je descend de mon tabouret pour aller jusqu'à la piste de danse attendre qu'il finisse son service. Je danse, me trémousse un peu, passe le temps qui me semble interminable et je finis même par m'amuser un peu et danser avec une blonde qui me colle et danse tout contre moi. J'entre dans son jeux et je pose mes mains sur sa taille en souriant et en faisant connaissance avec elle.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mar 11 Aoû - 13:26

Nuit banale au Beetle Bar. C'est-à-dire, banalement agitée : le bar n'est pas plein, mais on n'est que deux à le tenir ce soir, ce qui est tout juste suffisant. Alors je suis là à m'agiter dans tous les sens, prenant une commande à droite, en servant une à gauche, sans une seconde de répit – hormis les quelques instants que j'accorde à chaque client pour assurer mon capital sympathie.
Je suis supposé ne pas finir trop tard ce soir – et par là j'entends, avant minuit – mais le peu d'efficacité de mon seul collègue présent m'inquiète un peu sur ce qui va se passer si je déserte à l'heure prévue. De retour derrière le bar avec un plateau vide, je repère un blond charmant accoudé au comptoir. Voici un motif sans appel pour que je quitte mon poste à la minute prévue. Je lance à Camille un grand sourire tout en me débattant avec un shaker, mais ne m'attarde pas. Pas le temps… Déjà je retourne à une table avec les cocktails demandés.
Les commandes s'enchaînent, et je commence à avoir sérieusement chaud à force de courir à droite à gauche. Régulièrement, je jette un œil sur Camille – pas trop longtemps, ce n'est pas le moment de me laisser happer par la rêverie sur ce que je pourrais bien lui faire ce soir. Je l'aperçois sur la piste de danse, bordel ce que j'ai envie de le rejoindre quand il bouge comme ça. Je lui tourne résolument le dos pour m'occuper d'une table de filles déjà passablement éméchées et dont les hormones connaissent un bond phénoménal en ma présence – chose plutôt amusante dont je ne me prive pas de jouer.
Lorsque je regarde à nouveau Camille, il n'est plus seul. Un froncement de sourcils instinctif répond à l'arrivée, bien trop près de lui, d'une inconnue décolorée. Je me force à me désintéresser de la situation, mais une minute plus tard Camille a les mains sur sa taille. Whaaaat ?! Je fulmine littéralement devant la scène, au point qu'un client doit m'appeler deux fois avant que je réagisse. Je l'écoute me réclamer une bière tout en fusillant du regard le couple sur la piste de danse.
Cette fille m'exaspère de plus en plus, elle se pâme devant lui, elle se colle d'une manière totalement indécente, et c'est quoi ce sourire qu'il lui fait ?
Dommage que mon professionnalisme m'interdise la bonne vieille technique du je-te-renverse-un-verre-sur-la-figure-et-bas-les-pattes-va-t-en-loin-blondasse.
Je sers la fameuse bière, et remplis un deuxième verre dans la foulée avant de me diriger innocemment vers Camille et sa conquête. Je m'interpose presque entre les deux pour que la fille daigne me remarquer et arrêter de se frotter contre mon blond.
« Hum, mademoiselle ? De la part du jeune homme là-bas. »
Je désigne un inconnu au bar, qui a le mérite d'être – j'espère – assez séduisant pour qu'elle prenne la peine d'aller le voir. Je tends le verre à la fille en pensant très fort « va-t'en et loin » (et en espérant que la petite amie du mec au bar ne revienne pas le voir maintenant, ruinant mon plan).
Mais durant tout l'échange, je ne fixe que Camille, avec un regard qui essaie de dire « méfie-toi ou je rentre tout seul ».
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mar 11 Aoû - 14:20


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Les minutes passent et je ne vois toujours pas Denaël quitter son bar, exceptions faites des fois où il doit se rendre aux tables pour servir, et je commence à avoir envie de rentrer. Mais pas seul. Je veux rentrer en sa présence, je veux mon bouclé auprès de moi cette nuit et ça, je sais que ça risque de ne pas arriver si il continue de bosser ainsi. Un soupire s'échappe de mes lèvres et je me laisse aller à danser avec cette fille qui me colle et me donne même chaud. Je ne connais même pas son prénom, elle ne se présente pas et je ne pense pas que ce soit la peine de toute façon. Elle est collée à moi, aucun espace entre nos deux corps et j'enroule un bras autour de sa taille en posant une main juste à la naissance de ses fesses moulées à la perfection dans sa jupe courte. Très courte. Voir trop courte peut-être ? Perdu dans mes pensées j'entends soudain la voix, très proche, de mon bouclé et je hausse un sourcil en le regardant pendant que ses yeux ne me quitte pas même s'il parle à la fille. Je vois directement dans son regard qu'il fait ça par jalousie, par possession envers moi et ça ne me plais pas. Je soutiens son regard l'air de lui dire moi aussi " je suis pas ton jouet " avant de regarder la jeune femme qui semble perdue. Je me penche à son oreille et murmure, tout en regardant Denaël dans les yeux. " Je peux t'offrir bien plus qu'un simple verre ce soir... " Je sais que ça va mal finir, que le batteur va très mal le prendre, mais j'aime quand il est énervé, ça pimente un peu notre jeu. Je glisse lentement ma main sur le joli postérieur de la blonde et recule un peu mon visage afin de plonger mon regard bleu dans le sien un sourire charmeur aux lèvres. Après tout, Den passe son temps à se faire draguer et à flirter avec des filles dans le cadre de son boulot, pourquoi serait-il le seul à jouer un peu ? Bien entendu je ne veux rien de cette fille, si ce n'est de voir cette lueur de jalousie, cette flamme de méchanceté dans le regard de celui que j'aime. Oui, j'aime voir qu'il est jaloux et que je lui appartiens. Sans être un objet, je lui appartiens indéniablement corps et âme et surtout de tout mon coeur. Je ne peux pas contrôler les sentiments que j'éprouve pour lui. Je me fiche de la fille qui est toujours contre moi, je ne rêve que d'une chose, c'est de sentir la peau de mon bouclé contre le mien, d'entendre ses grognements de plaisir mêlé à ses mots parfois durs qu'il pourra me jeter ce soir pour l'audace dont j'ai fais preuve à l'instant. Je sais qu'il à entendu chaque mots que je viens de prononcer à la blonde. Mais personne ne pourra jamais remplacer ni même égaler ce que je peux ressentir pour lui. Un seul regard, un seul baiser, une caresse, un mot, et je fonds immédiatement, je deviens un simple pantin qui réclame qu'on le dirige dans n'importe quelle direction du moment que ce soit auprès de lui. Ce petit jeu va très mal finir, je le sais, je peux le sentir dans son regard qui s’assombrit mais puisque monsieur à le droit de passer la bague au doigt d'une quelconque femme dont il n'est même pas amoureux, d'après mon jugement très professionnel bien sûr, pourquoi je ne pourrais pas danser avec une blonde qui me plais ? Mon regard n'a jamais quitter celui doré/vert de celui qui fait, même en cet instant, battre mon coeur plus rapidement qu'il n'est humainement possible. C'est certain, cette passion entre nous n'aura jamais de fin. Je le sais, je peux le sentir dans chaque parcelle de mon corps. Encore plus avec son regard de feu qu'il me jette. Je joue avec le feu ce soir. Pour une fois j'aimerais que ce soit lui qui me coure après et non l'inverse, qu'il me prouve que je ne suis pas qu'un simple passe temps, une simple histoire de sexe comme il pourrait en avoir des centaines.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mar 11 Aoû - 17:30

Ça ne devrait pas m'énerver autant. Non, vraiment pas. Dans quelques minutes, quand je commencerai à réfléchir à la situation, ma réaction va m'énerver moi-même. Mais pour l'instant tout ce que je vois, c'est cette cruche dans ses bras, cette cruche à ma place dans ses bras, et ça me fait bondir.
Mon superbe plan pour détourner la blonde est foutu à l'eau par Camille lui-même, avec une phrase qui me paralyse un instant. Avant de me faire enrager de plus belle. Il le fait exprès, je m'en rends parfaitement compte et tombe allègrement dans le piège. Je le déteste.
Bien plus qu'un simple verre ce soir... Rien à faire, cette réplique me reste en travers de la gorge.
Je laisse passer quelques secondes, le temps que passe cette violente envie de le plaquer contre le mur. Pour lui taper dessus ou enflammer mon corps contre le sien, je n'arrive pas à décider. Ou alors les deux. Puis réalisant que j'ai arrêté de respirer dans l'intervalle, je remets la machine en route et feins l'indifférence avec une parfaite absence de talent.
« Ce serait dommage de briser un cœur ce soir », je fais remarquer à la blonde en désignant le type du bar – qui est toujours seul, heureusement.
Encore une fois, c'est Camille que je regarde. Là-dessus, que ça plaise ou non à la blonde, je lui mets entre les mains le verre que j'ai ramené. (Notez ici le self-control inouï, ce verre aurait pu avoir tellement d'usages beaucoup plus offensifs.)
Après quoi, avec des efforts démesurés pour récupérer ce qui me reste de dignité, je tourne les talons pour retourner derrière mon comptoir. Non que laisser Camille aux mains de cette harpie en mini-jupe me fasse plaisir. Mais qu'est-ce que je peux faire ?! Ce serait tout à fait déplacé d'éjecter une cliente du bar. Ou de traîner un client par le col jusqu'à la réserve afin de lui signifier ce que je pense de son comportement.
Je soupire en me préparant à déployer des trésors de maturité et de professionnalisme pour ne pas sauter à la gorge du malheureux innocent qui va m'appeler le premier pour me réclamer un verre.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mar 11 Aoû - 17:46


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Je retiens un rire quand il parle du mec du bar. Je l'ai vu tout à l'heure, plutôt assez canon pour attirer mon regard, accroché au cou d'une sublime créature et tous deux avec une jolie alliance à leurs doigts. Il est loin d'être seul et d'avoir offert un verre à la blonde face à moi, je peux le deviner aisément. Je sais que Denaël fait tout ça pour éloigner la fille de son objet de convoitise et je ne saurais me décider si cet acte me fais de l'effet ou me fais enrager. Mon bouclé finit par retrouver son bar après avoir donner le verre à la blonde face à moi et je tourne la tête afin de le suivre jusqu'à son domaine, en matant ses jolies fesses dans son jeans. God il est tellement parfait. Je peux voir chacun des muscles de son dos crispés et j'ai qu'une envie : passer mes mains dessus et les dénoués l'un après l'autre. Alors, comme vaincu par cette vision enchanteresse, je laisse la fille plantée là sans un mot et je vais jusqu'à la sortie du bar avant de m'appuyer contre le mur en soupirant. Je prends une immense bouffée d'air frais avant de passer ma main sur mon visage. Mes dents viennent capturer mon anneau à ma lèvre et je ferme les yeux laissant mon corps aller contre le mur froid. J'ai énormément de mal à ne pas rentrer et sauter par dessus le bar pour embrasser le bouclé devant tout le monde. C'est une vraie bataille qui se passe en moi en ce moment même. Mon coeur ne cesse de battre rapidement et je sens une boule se former dans ma gorge en me disant que de toute façon, il ne sera jamais à moi. Je ravale mes larmes qui menaçaient de s'échapper et je rentre à nouveau dans le bar en passant volontairement devant Denaël, je prends le stylo et le bloc note dans la poche de son pantalon et y écrit rapidement. " Peut-être que tu comprendras ce soir ce que je ressens chaque fois que je te vois avec elle. " Je remets le bloc note dans sa poche sans un regard vers lui et je retourne vers la blonde de tout à l'heure qui boit tranquillement son verre que j'attrape d'une main et pose sur une table avant de prendre son visage entre mes mains et de l'embrasser avec fougue. Je ne ressens rien dans ce baiser, à si ce n'est la haine que j’éprouve pour l'homme que j'aime en ce moment même.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 8:07

Je pense que je suis fait pour ce boulot, en fait. La preuve : malgré mes nerfs quelque peu éprouvés par une présence féminine hautement indésirable près de Camille, je réussis à adresser aux clients un aimable sourire (quoiqu'un peu crispé) et à m'agiter derrière le bar avec une efficacité suffisante pour produire des cocktails comestibles.
Je ne loupe rien, en revanche, de Camille qui abandonne sa blondasse. Ce qui me soulage cinq minutes – et accroît en même temps mon efficacité – jusqu'au retour du sexy blond dans la salle. Il me frôle, mon cœur s'arrête, dérobe mon carnet dans ma poche tandis que j'ai les mains occupées et le remet rapidement à sa place. Tout en me dirigeant vers une table qui m'a fait signe, je sors le carnet et lis son mot. Trois petites lignes qui me font serrer les mâchoires. Il me l'annonce lui-même, ce soir il veut jouer avec moi.
Je m'applique à rester indifférent et prends la commande comme si de rien n'était. « 2 martinis blancs, 1 cosmopolitan » viennent s'inscrire par-dessus les lignes détestables, niant la présence de ce message autant que son contenu. Sans relever les yeux, je ramasse les verres vides sur mon chemin pour retourner au comptoir. Quand finalement, purement instinctif, désobéissant à ma volonté, mon regard revient se poser sur Camille, il se heurte au spectacle d'un haïssable baiser.
Camille est en train de se faire ventouser la bouche par cette abominable blonde, non, il aime ça même, il a posé les mains sur les côtés de son visage, il l'embrasse réellement.
Un épouvantable fracas ponctue cette vision d'horreur, et je réalise avec un temps de retard que j'en suis la cause. Les verres qui m'occupaient les mains ont spontanément rejoint le sol, explosant au passage en une myriade d'éclats translucides. Je baisse les yeux sur le désastre, furieux. Depuis que je bosse ici jamais je n'ai fait tomber quoi que ce soit, jamais !
Dents serrées, je m'accroupis pour ramasser les dégâts, disparaissant derrière le comptoir ou plutôt, faisant disparaître de l'autre côté du comptoir le spectacle de mon homme avec une autre.
Alors que je finis de nettoyer les morceaux de verre, mon collègue me rejoint, prêt à me charrier comme je l'ai fait à chaque fois qu'il laissait échapper une bouteille, mais je coupe court en décrétant :
« Je prends ma pause.
- Hein ?
- Pause clope ! » j'aboie avant de tourner les talons.
Je ne fume pas. Mais j'ai un putain de besoin d'air, là maintenant tout de suite. Et je n'ai surtout, surtout, surtout pas besoin d'assister davantage aux préliminaires de Camille et de sa pouffe.
Je sors dans la nuit, m'appuie sans le savoir au mur où se trouvait Camille un peu plus tôt. Juste deux minutes d'air frais, et tout ira mieux.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 13:54


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Il ne tente même pas de m'arrêter et je pense que d'un côté cela me donne envie de m'abandonner encore plus à ce corps inconnu, mais une autre partie de mon être cris après son corps a lui, sa voix, ses mains sur mon corps, ses baisers, son souffle contre ma peau. En fermant les yeux je tente d'imaginer que ce sont ses lèvres qui prennent les miennes de force mais l'illusion ne tient pas longtemps. Le baiser que je peux échanger avec cette blonde n'est rien comparer a ce que je partage avec le bouclé. Tout cela n'a aucun sens et je m'en rends compte, cependant je ne peux pas arrêter maintenant. Je veux qu'il comprenne, qu'il se rende compte du calvaire que je vis à chaque seconde où je vois l'homme que j'aime en compagnie de sa femme. Je rapproche ce corps non désiré contre le mien et lorsque j'entends les éclats de verres toucher le sol je me tourne vers le bar pour voir que Denaël a casser quelques trucs et se baisse afin de les ramasser. Peut être que ce bruit trahis de son émotion pourtant bien dissimulée. Je l'ignore mais à peine à t-il ramasser les morceaux traîtres de son malaise, il s'éclipse par la porte et je me mords la lèvre, bataillant ferme pour ne pas le rejoindre. Non, ce soir je ne serais pas le jouet, je veux, pour une fois, manipuler les ficelles de ce jeux qui me fais tant souffrir mais pour lequel je demande encore et encore des coups. Je tends le bâton pour me faire battre et je le sais parfaitement. Mais c'est ainsi, je l'aime et je ne peux contrôler ces sentiments malgré son mariage, cette bague à son doigt qui me rappelle chaque fois qu'il ne m'appartiendra certainement jamais totalement. Je ne sais plus que penser de cette relation qui ne mène à rien. J'aimerais hurler au monde, du moins déjà dans cette salle, que je suis amoureux du magnifique serveur qui se trouve à présent dehors.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 15:35

Sortir n'était pas une si mauvaise idée. Au moins ça me libère de l'ambiance surchauffée du bar. Mais ça ne me libère pas pour autant de ce sentiment d'oppression. Malgré moi je ressors mon carnet de ma poche pour regarder à nouveau l'écriture de Camille, maintenant barrée de mes commandes en pattes de mouches. La colère me fait arracher la page, la froisser dans mon poing avec l'envie d'abattre ce dernier sur n'importe quoi.
A la colère succède vite la nausée. Camille est en train d'embrasser tranquillement cette fille, et je suis juste impuissant. Alors que je voudrais foncer droit sur eux, séparer ce couple aberrant et m'emparer moi-même des lèvres de mon amant, je ne peux strictement rien faire. Sinon les regarder et souhaiter à cette fille que je ne connais absolument pas l'intégralité des malheurs pouvant atteindre le genre humain. Ça me mène pas très loin.
Tandis que je serre convulsivement la boule de papier froissé dans mon poing, une partie de moi émet des pensées dérangeantes. Est-ce que, au fond, Camille n'a pas raison ? Est-ce que ce n'est pas totalement égoïste de le vouloir rien que pour moi, quand toutes les nuits je rentre auprès de Deirdre ?
J'ai pas envie de m'engager sur ce terrain-là, je coupe court à ces pensées. Mais d'autres, encore plus pernicieuses, me font m'interroger. Peut-être qu'il aime réellement l'embrasser, cette fille. Peut-être qu'elle aussi saura lui tirer ces soupirs de plaisir qui me rendent fou…
Cette fois le coup de poing part, droit dans le mur. Ça me calme pas vraiment.
Mais il faut retourner bosser, je peux pas me permettre de perdre ce boulot. Toujours tenaillé par la nausée, je rentre à nouveau dans la salle, sans avoir desserré le poing. Même sans regarder dans leur direction, je repère immédiatement Camille et la blonde en périphérie de ma vision. Nausée nausée nausée, impuissance impuissance impuissance.
Je n'ai pas parcouru trois mètres que déjà je me fais héler par un groupe de jeunes. Je suis plutôt tenté d'entrer dans le jeu de Camille en répliquant à sa façon, emballant moi aussi la première venue, mais ce n'est pas possible. Je me contente donc d'offrir toute mon amabilité à mes clientes, en faisant même rougir l'une. En temps normal cette sensibilité me fait marrer, mais ce soir ça ne me console pas tellement.
Je continue bravement mon service, jusqu'à ce que quelqu'un m'appelle au fond de la salle, m'obligeant à passer près de la table où Camille poursuit son petit jeu répugnant. Peut-etre que tu comprendras ce soir ce que je ressens chaque fois... Je le hais, putain. Arrivé – bien malgré moi – près de lui, je ne peux m'empêcher de lâcher, glacial :
« J'en conclus que tu comptes l'épouser ? Félicitations. »
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 17:03


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Comment je peux être amoureux de ce type ?! Je me le demande souvent putain. Cest un con et je le sais. Pourtant, quand il est près de moi, je me perds totalement et j'arrive a peine à parler et encore moins à contrôler mon corps et cette envie de lui sauter dessus n'importe où et n'importe quand. Me voilà assit a une table avec la blonde sur mes genoux, m main se pose instinctivement sur sa cuisse et je l'écoute me parler de ce qu'elle veut me faire si on rentre à son appartement mais je n'arrive même pas a y imaginer ne serait-ce quun once de plaisir. Elle ne m'attire pas du tout et je déteste ça. Je me déteste putain ouais. Je vois finalement Dena revenir et même arriver près de nous pour débarrasser la table et il me demande si je compte l'épousée. Je le fusille du regard avant de lui répondre, une pointe de méchanceté dans la voix. " Peut être qu'elle au moins me prendra pas pour un jouet sexuel comme j'ai l'habitude d'être traité. " La blonde semble se demander ce qu'il se passe entre nous et je ne compte pas lui répondre. Je déteste cette situation j'en ai marre, j'ai envie de l'avoir pour moi tout seul, je veux pouvoir marcher avec lui main dans la main dans la rue, l'embrasser où et quand je veux, ne pas cacher que j'aime ce mec magnifique qui est face à moi. Oui il est magnifique et il le sait. Ho que oui il sait l'effet qu'il me fais et il me le fait comprendre, il me le fait payer même. Je ne sais plus quoi faire là j'ai envie de lui hurler mon amour autant que ma haine ! Pourquoi notre histoire ne peut-elle pas être simple, belle, au grand jour,normale quoi. Je déteste cette situation et pourtant je ne veux pas perdre ce qu'on as. C'est magique entre nous quand on es ensemble et aucun de nous deux ne peux le nier alors mettre fin à ca, je sais que ce serait mettre fin au plaisir. Je ne ressens aucun plaisir pour personne d'autre dans ce monde à part lui. En même temps il a été le premier et le seul jusque maintenant.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 17:56

A mon commentaire glacial Camille rétorque :
« Peut-être qu'elle au moins me prendra pas pour un jouet sexuel comme j'ai l'habitude d'être traité. »
Sa réponse mérite que je m'attarde une seconde de plus près de sa table. Elle me heurte un instant tandis que je le dévisage – est-ce qu'il pense vraiment ce qu'il dit ? Est-ce qu'il croit que je l'étreindrais ainsi sans réserve, lui vendant mon âme et compromettant mon mariage, s'il n'était à mes yeux qu'un vulgaire jouet ? Et la question sous-jacente, la pire, et donc celle que j'éloigne au plus vite de mes pensées : est-ce que je le blesse à ce point dans mes actions, pour qu'il se sente si bas, rien de plus qu'un objet ? Peut-etre est-ce là le véritable point sur lequel je devrais méditer, mais je m'y refuse, efface cette interrogation.
Je me force à l'indifférence, hausse les épaules et pour toute réponse, je le poignarde d'une voix tranquille :
« On est traité comme on le mérite. »
Ce que je viens de lui dire est parfaitement abominable et je m'en rends compte. Abominable, injustifié, peut-être impardonnable ? Je ne m'attarde pas sur ce dernier point, conscient de lui avoir lancé une atrocité, mais ne le regrettant pas encore. Je veux qu'il réagisse, je suis prêt à faire n'importe quoi pour qu'il dégage de ses cuisses les fesses de la blondasse qui n'a rien à y faire. Quitte à ce qu'il me frappe, je m'en fous, je me moque du prix pourvu que cette fille disparaisse de son espace.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 19:45


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Lorsque ses mots claquent dans mes oreilles, assassins, je sens immédiatement mes larmes monter et je le regarde les yeux bordés de larmes et je me lève en faisant bouger la blonde de mes genoux j'attrape le poignet de Denaël qui s'apprête à repartir au bar et je lui fou une claque monumentale, je m'en fais même mal à la main tellement je me suis défoulé là dessus, et je lui crache, essayant moi aussi d'être méchant. " Tu sais quoi ? Ce soir tu rentres seul. Et les autres aussi. C'est finit Denaël. " Il n'y à que lui qui à pût m'entendre malgré que je lui ait vider ma haine au visage et je sors du bar sans un regard de plus vers lui ou vers la fille. Mon coeur vient de se briser totalement et je pense que si je n'étais pas aussi en colère contre lui, j'arriverais même pas à marcher. Je pense que je n'ai qu'une envie là : me laisser tomber dans un coin et me laisser mourir. J'ai plus envie de rien, ma vision se brouille totalement alors que les larmes affluent d'elles-même dans mes yeux sans que je n'essaie même de les retenir et je claque la porte du bar derrière moi, j'aimerais démonter tout ce qui se trouve sur mon chemin, je ne suis pas d'une nature violent mais là, j'aimerais l'être et frapper de toutes mes forces sur ce mec qui me fais tant souffrir et qui de toute évidence en jouit en plus de cela. Une fois dehors, je m'appuie contre le mur à côté de la porte et mon poing s'écrase contre les briques, mauvaise idée, je sens immédiatement une vive douleur dans ma main qui monte dans mon bras et je pleure de plus belle. La douleur, autant physique de mentale, me fais perdre la tête, je ne sais quoi faire, je ne sais plus où je suis, ce que je peux faire ou non, ce que je veux ou non. Pourquoi il fait ça ? Pourquoi j'accepte cette situation ? Pourquoi je l'ai accepter dés le départ ? Parce que je l'aime. J'ai beau retourner la question dans tous les sens la réponse reste la même : je l'aime. Je ne peux pas me passer de ses bras et de sa présence contre moi. Mais là, ce soir, il à été trop loin. Je sors mon portable de ma poche et lui envoie rapidement un sms. " Tes affaires t'attendrons devant la porte de mon appartement, voir dans la poubelle. " En appuyant la touche envois mon coeur se brise un peu plus et c'est en titubant que je rentre jusque mon appartement. Heureusement il ne se trouve pas loin du bar et je commence déjà à retirer toutes les affaires que Denaël à pût laisser chez moi au cours de cette dernière année. Chaque objet qui rejoint le sac me rappelle comment il à atterrie à telle ou telle place et c'est encore plus douloureux.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 21:55

Camille part brusquement en me laissant figé, la joue cuisante. Mais ce n'est pas sa gifle qui me fais le plus mal. C'est son regard. L'expression de ses yeux posés sur moi quand je lui ai dit les mots de trop, les mots abjects. J'aurais voulu qu'il me frappe plus fort, je le ferais bien moi-même pour me faire payer la douleur que je viens de lui infliger. Je reste hébété, incapable de réagir, avec la sensation que quelque chose est en train de me lacérer de l'intérieur, là, sous les côtes.
Je crois que je continue à travailler, après. Au moins un temps, dans un état second, totalement inconscient de ce que je fais. C'est mon collègue qui me rappelle que mon service est terminé – peut-être qu'il dit ça parce que je suis devenu tellement inefficace qu'il ne veut plus m'avoir dans les pattes, je ne sais pas.
Je sors donc du bar, rallume mon téléphone. Un texto de Camille – l'espoir est court, il me signale simplement que mes affaires vont dégager de chez lui. Ricanement bref. S'il savait comme je m'en fous en cet instant, de mes affaires…
Je marche sans savoir où je vais, sans même m'en préoccuper. Mais mes jambes, dociles petits robots bien rodés, connaissent le chemin ; je me heurte presque à la porte de chez moi. J'entre sans bruit, à mon grand soulagement Deirdre dort – je lui avais dit de ne pas m'attendre, qu'une fois encore je finirais très tard… J'évite la chambre, ayant tout sauf envie d'approcher ma femme. En fait tout ce dont j'ai envie, c'est disparaître. Je m'affaisse contre un mur jusqu'à atteindre le sol. La tête dans les mains, je me repasse la scène, épouvanté en repensant à ce que j'ai lancé à Camille.
Je n'arrive pas à rester longtemps dans cette position prostrée ; une image ancrée sur ma rétine m'empêche de rester immobile et je me relève, commence à tourner en rond comme pour fuir la vision de larmes venant voiler des prunelles océan. Ça ne fonctionne pas. Je passe longtemps, des heures peut-être, à tourner dans l'appartement, ne m'asseyant que pour me relever aussitôt, oppressé. Le visage de Camille m'obsède, la douleur que j'y ai lue me rend dingue, et la pensée que j'en suis responsable… C'en est trop.
De plus en plus oppressé, je sors à grand pas. Évidemment, mes pensées coupables me suivent. Une fois dans la rue, j'essaie de me calmer, m'efforce de respirer, mais mon souffle se hache tandis que ma poitrine se resserre. Je marche à l'aveuglette, tourne en rond dans le quartier puis me perds, je m'en fous, je marcherai toute la nuit s'il le faut, il y a bien un moment où le regard dévasté de Camille va arrêter de me suivre, non ?! Non. Le ciel commence à s'éclaircir et je suis encore là, à errer dans une fuite en avant aussi vaine que désespérée.
Dans la sale couleur grise qui précède le début du jour, je me rends à l'évidence, je dois faire quelque chose. Rien que de penser à ce que je lui ai dit, j'en frissonne d'effarement. Mon habituelle mauvaise foi essaie de me susurrer qu'au moins, ça a marché, Camille a éjecté la blondasse, mais ça ne me réconforte même pas une seule seconde. Qu'il me frappe, je l'ai amplement mérité, qu'il me quitte, peut-être est-ce mieux pour lui. Mais je ne peux pas le laisser sur ce coup de poignard que je lui ai planté moi-même. Je n'espère même pas qu'il me pardonne, mais je dois retourner le voir au plus vite pour atténuer les dégâts de mes mots, tenter désespérément d'effacer cet air blessé de son visage.
Fort de cette décision, je me retrouve devant chez Camille beaucoup plus vite que je m'y attendais – peut-être que mes jambes, qui connaissent ce chemin-là aussi, ne m'avaient pas vraiment perdu dans Brisbane, finalement.
Il est terriblement tard, ou affreusement tôt, mais sans y prêter la moindre attention je frappe à la porte.
Les yeux rougis de fatigue et de tension, d'une rare pâleur, j'ai l'air plutôt flippant pour quelqu'un qui se veut consolateur. Mais qu'importe, il faut que je lui parle.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 22:14


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Tout vole dans l'appartement, ses fringues, les quelques objets qu'il à ici, les souvenirs qui y sont rattachés. Lorsque je prends l'un de ses t-shirt et tente de le lancer loin, son parfum me submerge et je prends le moreau de tissus dans mes mains avant de me laisser glisser le long du mur et d'enfouir mon visage dans le t-shirt en laissant mes larmes rouler le long de mes joues. Mes épaules se mettent à monter et descendre sans cesse, ma respiration se fait courte, mes yeux sont imprégner de larmes et tout mon corps tremble. Je ne peux pas m'empêcher de repenser à tous nos moments passer ensemble, nos baisers, nos caresses, nos soupirs synchronisés. Penser à ça me fais encore plus de mal. Je ne peux pas me laisser aller à cette hypothèse de le laisser filer. J'ai envie de prendre mon portable, de l'appeler, d'entendre sa voix, ses mots réconfortants, de sentir ses bras me serrer contre lui, ses mains frotter mon dos pour faire cesser mes sanglots mais rien n'y fait. Je n'arrive pas à oublier ses mots si blessants. Je me relève finalement et de rage je fais voler la table basse dans le salon, elle s'écrase contre la télévision qui succombe sous le poids de la table et je m'en fou. Je n'ai pas les moyens de payer les dégâts que je suis en train de faire mais rien ne m'importe ce soir. Je vais dans la cuisine et me serre un verre d'eau que je bois d'une traite quand j'entends frapper à la porte. Surprit, je lance le verre contre le mur de la cuisine en hurlant, de peine, de rage, de douleur, tout essaie de sortir en même temps. Je prends le sac avec les affaires de Denaël et j'ouvre la porte, balançant sur le pallier ses fringues et tout le reste, quand mon regard tombe sur ce corps tant désiré, ses yeux tant aimer, cette bouche tant de fois embrassée et tant enviée. Je ne peux pas. Je ne peux pas lui faire face maintenant. Je referme la porte, j'ai l'air d'un zombie, mes cheveux sont un vrai désastre à force de passer mes mains dedans, mes yeux rouges, mes joues trempées de larmes, mes fringues à moitié de travers, mes mains tremblent en sachant qu'il se trouve derrière la porte et je m'appuie contre cette dernière, je pose mon front dessus et tente de reprendre mon souffle, mais rien n'y fait, mon corps glisse le long de la porte et j'ai envie de hurler mais rien ne sort de ma gorge, elle est tellement nouée que j'ai l'impression que jamais plus je n'arriverais à prononcer le moindre mot. Le seul que j'aimerais prononcer serait son prénom, murmurer son prénom alors que nos deux corps s'unissent et que nous ne faisons plus qu'un. J'aimerais tellement cela, et pourtant, je ne peux me satisfaire de n'être qu'un sexe toys pour lui. J'ai supporter cela pendant douze mois interminables, douloureux, jouissifs, et ce soir, tout vient de s'écrouler en seulement quelques heures, quelques mots. Il est derrière la porte et pourtant j'ai l'impression qu'il se trouve à l'autre bout du monde. Plus rien ne sera comme avant. Assit au sol, dos contre le mur maintenant j'éclate dans un nouveau sanglot bruillant, tellement fort que tout l'immeuble doit entendre mon coeur se fissurer au fil des larmes qui tombent de nouveau sur mes joues.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 22:59

Je me prépare à ce que Camille fasse la sourde oreille – voire soit réellement en train de dormir, c'est après tout une heure honnête pour cette occupation. Mais non ; je n'ai pas besoin de frapper à nouveau, la porte s'ouvre à la volée, laissant jaillir un sac de sport à moitié plein sur le palier. Je recule d'un pas pour éviter le projectile – rapidement identifié comme étant constitué de mes affaires. Erreur fatale, qui m'empêche de bloquer la porte à temps avant que Camille me la claque au nez.
Bon.
Je ne l'ai aperçu que quelques secondes, mais assez pour voir son air dévasté. Qui me pousse à frapper à la porte à nouveau, têtu, et surtout incapable de le laisser dans cet état-là. Aucune réponse. Mais j'attends. Quand soudain le son de sanglots me parvient, et chasse tout l'air de mes poumons. Ma poitrine se transforme en étau, encore, mon corps entier semble accuser le coup tandis que son chagrin me déchire en morceaux.
Sans réfléchir, je frappe à la porte comme un fou, de toutes mes forces.
« Camille !! Ouvre-moi, putain! » je hurle, parfaitement indifférent au risque de réveiller les voisins.
Je ne peux pas supporter de l'entendre pleurer et je supporte encore moins la présence d'une porte close entre nous deux. Malheureusement, cette dernière résiste obstinément, et je finis par renoncer à tambouriner dessus. Épuisé par cet accès de rage, miné par le bruit de ses sanglots, je me laisse tomber à genoux sur le palier, les deux mains et le front contre la porte.
« Camille... je reprends dans un souffle. S'il te plaît, je... »
… suis tellement, tellement désolé. ...ne suis qu'une pauvre merde. ...ne sais pas quoi dire.
Après un silence, je reprends :
« J'attendrai toute la nuit s'il le faut. »
Et la journée. Et la nuit d'après. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il m'ouvre, qu'il me laisse lui parler… essayer de réparer.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Mer 12 Aoû - 23:44


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
" Va t'en... " Ma voix n'est qu'un murmure et je ne sais même pas si il peut m'entendre mais qu'importe, je continue de pleurer contre le mur. Je n'arrive plus à contrôler ma respiration, je suis en pleine crise de panique. J'essaie de reprendre mon souffle, mais rien n'y fait. Ma respiration est courte, très courte, j'arrive à peine à remplir mes poumons de l'air si douloureux à inspirer. Je suffoque, je vois trouble sans savoir si c'est à cause de mes larmes ou de l'oxygène qui commence à me manquer. Je continue de sangloter, de pleurer comme une adolescente qui vient de vivre sa première rupture... C'est un peu ce que je suis ce soir. Un pauvre idiot amoureux d'un homme marié et qui, certainement, ne prendra jamais la peine de divorcer pour être avec moi. A cette pensée je pleure de plus belle et ma respiration se coupe. Cette fois je n'arrive carrément plus à respirer, c'est trop douloureux et sombrer dans un doux sommeil m'apporte le réconfort de ne plus avoir plus. Alors je cesse de respirer, je me laisse glisser dans un sommeil plus que profond qui n'en est pas un. Mon corps tombe sur le sol en position couché alors que j'étais assit contre le mur et je me recroqueville en position foetale. Est-ce que je dois essayer de respirer à nouveau ? SI la peine peut partir quand je ne prends plus la peine de le faire, alors pourquoi à nouveau chercher à remplir d'air ces organes qui me brûlent de l'intérieur, me consume. J'aimerais renaître de mes cendres telle un phénix mais je sais parfaitement que si je me laisse sombrer dans cette facilité qu'est l'inconscient, je risque de ne pas revenir. Mais est-ce que je veux seulement revenir ? Revenir à quoi ? A qui ? Pourquoi ? Ma tête commence à tourner, je sens un genre d'euphorie dans le fait de me laisser glisser dans les ténèbres. Peut-être que je pourrais y rejoindre Denaël ? Dans cet enfer qu'est la vie sur terre ces dernière heures, je peux peut-être trouver un endroit meilleur en me laissant aller ? Mes pensées sombres me font peur, je n'ai jamais été ce genre de personne et je ne veux pas le devenir alors, contre tout attente et toute envie, je prends un immense bol d'air et tousse plusieurs fois, reprenant peut à peut conscience de mon esprit, de mon corps, de ma situation et je reste dans cette position, couché sur le sol en boule.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 10:37

Visage contre la porte, souffle court, j'écoute, le cœur au bord des lèvres. Mes doigts se crispent contre le battant de bois, je ne peux pas supporter ça plus longtemps, l'envie me reprend de démolir la porte pour prendre Camille dans mes bras. Ou de me boucher les oreilles de toutes mes forces pour fuir cette douleur que je lui ai infligée moi-même.
Au lieu de quoi je ne bouge pas, griffant légèrement la porte à cause des spasmes de mes doigts. Camille ne veut pas me voir, mais il peut rêver pour que je m'en aille comme il me l'a demandé. Je l'entends s'étouffer, puis se taire, mes mâchoires sont tellement contractées que mes dents vont finir par fusionner. Je presse désespérément les mains contre la porte, si seulement je pouvais être près de lui.
Il tousse encore, je tente un « Camille » très bas, puis me retourne et m'affaisse dos à la porte. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça, quelques heures, quelques minutes, quelle importance. La minuterie du couloir s'est éteinte depuis bien longtemps, et dans le noir complet les dernières images que je garde de Camille sont plus vivaces que jamais, me retournant le cœur à chaque fois que je rencontre le mirage de ses yeux rouges.
J'ai l'impression que je suis là depuis une éternité quand je reprends la parole, desserrant l'étau de mes mâchoires devenues douloureuses.
« Camille ? »
Ma voix est anormalement timide, presqu'implorante.
« Cam, j-je... »
J'ai le souffle court, m'accorde deux respirations avant que les mots ne se précipitent, parce que je les sens nécessaires, je veux qu'il les entende, qu'il sache.
« J'le pensais pas… Je te jure que je le pensais pas, je... »
Respire, Den', putain.
« Tu as le droit de me détester... »
Pour cette relation sans issue, cet avenir dont je le dépossède égoïstement, les nuits que je ne finis jamais avec lui.
« … mais j'veux juste que tu saches, j'le pensais pas. Tu, tu… comptes pour moi. Vraiment. »
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 11:20


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Je ne sais comment ni pourquoi mais je sens une certaine force reprendre le dessus. Je me redresse et a l'écoute de ses mots ma mâchoire se crispe et j'ouvre la porte découvrant au passage qu'il était assit contre et je baisse les yeux vers lui. Il semble triste. Tant mieux peut être qu'il comprendra ce que cette soirée me fais ressentir. Je me refuse à croiser son regard donc au lieux de ça je fixe un point devant moi en croisant les bras. " T'es quun putain de connard. Un égoïste. Tu penses qu'à toi ! T'as toujours penser qu'à toi et pas au mal que tu me fais ! T'as pas le droit d'être possessif et jaloux alors que toi tu baises avec une autre ! " Oui, enfin, techniquement cest moi avec qui il couche et ne devrait pas. Mais la question n'est pas là. Je regarde mes mains qui ont cesser de trembler et même si ça me fends le cœur, de toute façon un peu plus ou un peu moins, je retire lentement l'anneau qu'il m'a offert y a plusieurs mois. Pas comme une alliance, rien de tout ca, simplement un cadeau d'anniversaire d'après lui. Pour moi elle avait plus importante que cela puisque je ne l'ai pas quittée un instant depuis qu'il me l'a offerte. Je la laisse tomber au sol près de lui et regarde son éclat argenté quelques secondes avant de reprendre le point fixe devant moi. " Va la retrouver elle va finir par faire une connerie de toute façon et tu auras tellement pitié d'elle que tu lui diras " Faisons un enfant " pour tenter de l'arrêter. Elle est tellement pas faite pas pour toi. " Je serre les dents. Bien sur que je suis objectif ! Elle est déprimée, déprimante, chiante, elle refuse toujours de sortir ou de faire la fête ou un repas à la maison. Elle reste cloîtrée dans leur chambre sans cesse. Elle ne sait pas la chance qu'elle a d'avoir à ses côtés un homme comme lui. Mon regard se pose finalement sur son visage et je murmure doucement. " C'est finit cette fois. Je t'aime. " Ma main trouve la porte et la claque mais je ne la ferme pas à clé avant d'aller m'effondrer sur le canapé et d'éclater en sanglot.   
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 12:17

Camille, enfin, ouvre la porte et je me redresse maladroitement. Je n'essaie même pas de me défendre lorsqu'il me balance mes quatre vérités. J'encaisse sans rien dire, je sais qu'il a raison, peut-être même qu'il aurait dû me jeter depuis bien longtemps. Je ne le mérite pas, je ne les mérite ni l'un ni l'autre à vrai dire, mais je ne peux me séparer d'eux, ni de Camille ni de Deirdre, et ça me tue.
Je ne réagis pas non plus quand il enlève l'anneau de son doigt, me contentant de suivre sa chute jusqu'au sol. Brièvement, refont surface des souvenirs de son anniversaire, de son sourire amoureux quand je lui ai offert cet anneau, et je me sens chanceler. Je n'ai pas la force en cet instant de soutenir les images de notre passé heureux, je les refoule en me concentrant sur le visage de Camille qui, lui, se concentre sur un point au-dessus de ma tête.
Lorsqu'il parle de Deirdre en revanche, je serre les dents. Je déteste ses paroles, sa manière de la juger, de nous juger. Il ne peut pas savoir, voilà ce que je pense, presque furieux. Mon instinct de protection envers elle ne s'endort jamais tout à fait et il vient de le raviver. Mais je me tais toujours ; son visage défait et ses yeux rougis me contraignent au silence.
Camille m'achève dans un murmure final aussi définitif que paradoxal. Il referme la porte sur moi pour la deuxième fois et je reste immobile un moment. Dévasté ou résigné, je ne sais pas trop. Je crois que je ne sens plus rien.
Le couloir me fait sursauter en se rallumant. Un voisin passe et me jette un regard mi-curieux, mi-mécontent. Probablement m'a-t-il identifié comme l'emmerdeur patenté qui a gâché sa nuit avec une scène de ménage à en faire trembler les murs. Je m'en fous. Ça me tire néanmoins de mon hébétement et je me penche pour ramasser l'anneau, machinalement, avant de regarder la porte à nouveau. Je n'ai pas entendu la clef tourner. Infiniment tenté, je fixe la poignée quelques instants. Le couloir s'éteint avant la fin de mes hésitations, et me décide à agir. Je pose une main mal assurée sur la poignée, la tourne très doucement et ne rencontre aucune résistance ; la porte s'ouvre. Un peu gêné, j'entre néanmoins et pose l'anneau sur la table de l'entrée. Du salon provient le son détesté des sanglots de Camille, et le réflexe spontané de le prendre dans mes bras me guide jusque dans la pièce. Puis je me fais la réflexion que je mériterais d'y être accueilli à coup de poings et stoppe avant d'atteindre le canapé.
« Moi aussi », je souffle en réponse à son dernier murmure.
Et puis je recule vers la sortie, conscient que je n'ai pas le droit d'être là et que les dégâts de ce soir ne seront, peut-être, jamais réparables.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 12:31


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
J'entends la porte s'ouvrir et je relève le regard pour voir Denaël dans le salon mais il ne s'approche pas de moi. Je lâche un rire sans joie en entendant ses mots et mon regard se fait de braise, menaçant, mechant. Il recule déjà et avant qu'il n'atteigne la porte mes pas me mènent à lui et n'attrape son poignet. " J'en ai marre de tes beaux mots Den ça ne me suffit plus ! C'est bien beau de parler mais je veux que tu me le prouves ! " Je plonge finalement mon regard dans le sien et instantanément l'orage qui se dessinait dans mes yeux s'adoucit et je murmure doucement. " Reste avec moi cette nuit. Pas seulement cette nuit pour disparaître quand je m'endors. Je veu. Me réveiller dans tes bras demain matin. Trouves n'importe quelle excuse, dis lui que je suis malade et que tu veux t'assurer que je vais bien, je sais pas moi. " De nouveau les larmes remplissent mes yeux a l'idée qu'il me refuse ce simple plaisir qu'il ne m'as jamais accorder jusque maintenant. Je veux me réveiller demain matin dans ses bras, pas seulement m'endormir pour me réveiller seul et désespérer demain matin et me souvenir que jamais nous ne nous réveillerons dans le même lit parce qu'il doit retrouver sa femme. Cette évidence me fais tellement de mal il a même pas idée à quel point. Il s'en fiche lui de savoir que chaque matin je me sens comme une merde, comme un objet utilisé pour son propre plaisir et jeter une fois que l'appel de la bague a son doigt lui ramène.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 17:31

Camille me retient avant que je batte en retraite. J'affronte son regard, tandis que le simple contact de ses doigts sur mon poignet accélère mon rythme cardiaque.
Reste avec moi, ce n'est pas la première fois qu'il me fait cette demande. Chaque fois je détourne, refuse, trouve un moyen. De toute façon il sait bien que je ne peux pas, que ce serait bien trop suspect. Je le regarde, conscient qu'il me teste, puis le dessin de ses lèvres me déconcentre. La seconde d'après je le serre contre moi, convulsivement, incapable de résister plus longtemps à son corps trop proche. Sa chaleur contre moi détend progressivement les nœuds de mon corps oppressé, tendu à craquer depuis quelques heures. Je trouve refuge dans le creux de son cou, me demande un instant comme je peux vivre des heures entières loin de cette odeur. J'enlace Camille étroitement, avec l'envie de ne plus jamais le lâcher et me faisant violence pour ne pas le serrer trop fort.
Je sens que je commence à trembler, déplorable contre-coup physique d'une nuit bien plus intense en émotions qu'il ne me plaît de l'admettre. Pour ne pas que Camille perçoive mes tremblements, je me recule à regret, sans détacher mes mains de lui. Une de mes paumes se pose doucement sur sa joue. En regardant sur son visage les vestiges des larmes dont je suis coupable, je réalise que je n'ai pas le choix dans la réponse à apporter à sa demande. Je ne veux pas… ne peux pas le perdre. Et de toute façon, je ne veux rien d'autre que rester le plus près possible de lui pour les heures à venir.
Je finis donc par ouvrir la bouche, d'un ton faussement bourru :
« Hummpf, t'as intérêt à pas ronfler. »
Et je mets allègrement de côté les problèmes pratiques qu'il va me falloir régler, à savoir trouver une justification béton pour ma femme après avoir découché ce soir. Je m'en fous. Je suis passé suffisamment près de perdre Camille pour oublier le reste, et lui faire cette concession.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 20:09


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Lorsqu'il me répond enfin, ses mots mettent un certain temps à pénétrer mon esprit mais lorsqu'enfin je les comprends je ne peux m'empêcher de sourire idiotement et je frappe son épaule. " De Toute façon je pense pas ouvrir dormir. " De un il est déjà très top,de deux je veux profiter de chaque seconde que je peux passer dans ses bras. Mais il faut avouer que je vais avoir beaucoup de mal à ne pas tomber de fatigue mais je me reposerais cette après midi lorsqu'il aura retrouver les bras de sa femme. A cette pensée mon ventre se tord de douleur mais j'essaie de vite chasser cette idée et je ne pense qu'à lui, à nous. Ma joue vient doucement s'appuyer contre sa main qui la caresse si doucement, comme s'il avait peur de me faire du mal, et ma main elle glisse pour prends la sienne et nouer ses doigts aux miens, je prends la direction de ma chambre, seule ( avec toutes les pièces de cet appartement ) témoin de notre histoire d'amour. Je referme la porte de la chambre derrière nous et je me glisse sous les draps avant de me déshabiller pour rester en boxer loin de son regard. Ce soir je ne veux rien de plus que de me laisser aller dans ses bras, je n'ai pas envie que ce soit une autre soirée où l'ont couche ensemble et où en suite je dois me contenter d'être le " second choix " non ce soir je veux dormir dans ses bras, du moins rester dans ses bras plusieurs heures, et lorsque le soleil viendra se lever dans la chambre il sera encore là. J'aime cette idée et elle me fais sourire. Beaucoup. Un immense sourire qui pour la première fois de la soirée dévoilé mes fossettes.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 21:07

Ma main dans la sienne, je suis docilement Camille jusqu'à sa chambre. J'espérais pouvoir le déshabiller mais il s'en occupe lui-même, et de surcroît à l'abri de mon regard. Bon. De toute évidence, je ne suis pas encore assez pardonné pour récupérer tous mes privilèges. Je me déleste négligemment de mon jean, et remarque alors le sourire de Camille. Je ne sais pas à quoi il pense pour s'illuminer comme ça, mais ça me fait sourire aussi. Parce que ce mec, il est comme ça, il a ce pouvoir sur moi : le sourire le plus contagieux que j'aie jamais vu.
Irrépressiblement attiré par ses fossettes, je me penche en travers du lit pour atteindre son visage et l'embrasser juste là, dans le creux sur sa joue. Puis mes lèvres glissent dans un frôlement et je dépose un second baiser au coin de sa bouche. Après quoi, mes bras décident spontanément de se mettre en grève et je m'affale de tout mon long en travers du lit, à moitié sur Camille. Mes soirées au bar sont toujours assez éprouvantes physiquement, et me filaient même des courbatures au début de ma carrière de serveur. Les neuf millions cinq soixante-huit mille allers-retours entre les tables doivent y être pour quelque chose. Ou alors c'est le secouage abusif de shaker.
Je lâche un gros soupir en réalisant qu'en fait, c'est plutôt confortable comme position, même si j'ai les pieds hors du lit (et que je dois globalement ressembler à un genre de baleine échouée). Du coup, j'informe Camille, dans un marmonnement étouffé parce que j'ai le visage contre son torse :
« Ah c'est pas mal, j'crois que je vais rester comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 21:23


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Mes yeux se ferment lentement lorsque ses lèvres viennent se poser sur mes joues et je lâche un petit rire en le sentant faire. Je sais qu'il aime mes petites fossettes, ce n'est pas nouveau, et j'aime ça. Je tente de prolonger le baiser lorsqu'il frôle mes lèvres, mais il s'affale sur le lit, et sur moi, déclenchant un nouveau rire, plus fort celui-là et plus long. Je passe ma main dans ses magnifiques boucles un sourire aux lèvres et je dis d'une voix forte même s'il se trouve allongé sur mon torse. " Dommage, je comptais te faire un massage. Mais si tu veux dormir comme ça, alors très bien. J'économiserais de l'huile au chocolat... " Pure mensonge, je n'avais pas l'intention de le masser. Du moins pas avant ces trois dernière secondes. Mais maintenant que l'idée est lancés, je le ferrais avec grand plaisir si il le désire. Et je sais qu'il ne dit pas non à ce genre de petit moment entre nous. J'aime aussi quand il me masse. J'adore ça, je pourrais me fondre dans ses mains, je ne demanderais rien de plus que de passer ma vie, allongé sur le ventre, nu comme un ver, avec l'amour de ma vie assit sur mon corps en train de le parcourir de ses mains pour masser chaque parcelle nouée, ou non d'ailleurs, de ma peau. Oui, j'aime vraiment ça et je tuerais pour que ses mains se baladent sur moi jusque la fin des temps. Le pire c'est qu'il le sait. En général quand je m'énerve, toujours bien moins fort que celle de ce soir, il lui suffit de poser ses mains sur mes épaules et commencer à les descendre le long de ma colonne vertébrale pour que je me calme en un clin d'oeil. Ses doigts sont tout bonnement magiques et je ne peux qu'imaginer ce que je pourrais ressentir s'il me donnais ce plaisir maintenant. Mais pour le moment c'est de lui dont il s'agit et s'il me le demande j'accepterais volontiers de parcourir tout son magnifique corps de mes doigts.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 23:20

Camille rigole sous moi et j'émets sans conviction un grognement de protestation parce ça fait bouger mon oreiller-torse. J'écoute son cœur battre contre ma joue, c'est agréable, dangereusement berçant. Mais il a parlé de massage et, une fois que c'est monté jusqu'à mon cerveau, je redresse la tête vers lui.
« Hmmmmm. Mais qui a parlé de dormir ? »
La perspective de ses mains malaxant mon dos vient de créer un subit retour de motivation en moi et je retrouve la force de bouger. Toujours avec une grâce digne d'une baleine sur une plage de sable, je roule sur le côté et me tortille pour adopter une position un peu plus orthodoxe. (Et accessoirement, permettre à Camille de respirer librement à nouveau, le pauvre.) Mais au lieu de le libérer pour qu'il se mette en position, je garde un bras en travers de son torse et me serre tout contre lui. Rien à faire, même pour la promesse d'un massage je n'arrive pas à m'en décoller.
D'ailleurs, il reste encore un obstacle entre nos deux corps. J'entame donc une brève bataille avec le drap, parviens finalement à me glisser dessous sans me détacher de Camille – du grand art. Je savoure enfin le contact direct de sa peau nue, avec la même délectation qu'au premier jour. Doucement ma main revisite les lignes familières de son torse, s'arrête sur son ventre sans descendre plus bas. Je n'ai pas oublié sa pudeur en se déshabillant, j'ai saisi le message et, quoique je considère que c'est quand même un certain gâchis d'avoir un corps pareil à sa portée et de ne pas en profiter, je n'insiste pas. Ma main remonte jusqu'à sa joue et je lui tourne doucement la tête pour l'embrasser.
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    Jeu 13 Aoû - 23:32


 
And you hold me so tightly, it's hard to breathe, oh
Camille and Denaël

 
 
Sa phrase me tire un nouveau rire et je le regarde s'échouer sur la place à mes côtés avant de sentir son corps se glisser contre le mien. Pendant ce temps, jamais son bras n'a quitter mon corps et j'adore cette sensation. Je sens finalement son corps tout contre le mien et là : c'est le paradis. Je soupire doucement de bien être et je frissonne lorsque ses mains parcourent lentement mon corps. Il finit par remonter sa main sur ma joue et tourne mon visage pour venir m'embrasser et je dois avouer que c'est tout ce que je demandais depuis bien longtemps déjà. Je bascule mon corps pour me retrouver sur lui, à califourchon sur ses hanches, et je prolonge le baiser en posant moi aussi ma main sur sa joue. Ma langue vient demander l'accès à sa bouche tandis que l'une de mes mains se glisse sur son torse pour caresser sa peau du bout des doigts. La chaleur de sa peau continue, ou achève, de me réconforter et je ne peux empêcher le sourire qui nait sur mes lèvres. Je lâche finalement ses lèvres pour reprendre mon souffle et je me redresse afin de regarder son magnifique visage. " Dois-je prendre l'huile de massage monsieur Knox ? " Je me mords la lèvre inférieur et pose mes mains sur son torse. Je dois dire que je suis bien là, assit sur le bas de son ventre, à sentir sa chaleur, son corps contre le mien. Ma main vient se poser au dessus de son coeur et j'aime à l'entendre battre dans sa poitrine, comme une douce mélodie contre ma paume, il me rappelle qu'il est à moi au moins pour quelques heures. C'est une magnifique idée que de se dire que l'homme que l'ont aime est enfin à soit. Je sais qu'il va retourner auprès de sa femme tôt ou tard, mais pour le moment, ce n'est que nous et nous sommes seuls au monde.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )    

Revenir en haut Aller en bas
 

And you hold me so tightly, it's hard to breathe ( Denaël )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
upside down :: 
05 - a small escape
 :: Ashes & Dust :: ancient history
-