AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
BIENVENUE SUR UPSIDE DOWN
Nous sommes heureux de vous accueillir et espérons que vous vous plairez à Brisbane.
En cas de question ou de problème n'hésitez pas à contacter Barbie & Abbadon. Elles se feront un plaisir de vous répondre!♥
~ Ils ont besoin de vous ❉
Ils recherchent un partenaire de rp, aidez les donc en venant par ici
Ces scénarios sont recherchés par les membres. Laissez vous tenter!
bazzarttop sitePRD
AIDEZ NOUS À AVOIR D'AUTRES COUPAINS!

Partagez | .
 

 Friendly Trap # Elizaniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Friendly Trap # Elizaniel   Mer 15 Juil - 23:19

Elizabeth ∞ Nathaniel
Friendly Trap.
Allie me rendait fou. Cela ne faisait que quelques semaines que j’étais arrivé à Brisbane. Immédiatement, on m’avait chargé de m’occuper d’elle. Les services sociaux avaient été sur notre dos. Oui. En Australie, cela faisait tâche de confier la garde de son enfant à un Américain de 23 ans, le faisant immigrer pour venir prendre en charge un bébé de quelques années seulement. Mes antécédents avaient été fouillés, et j’avais été soulagé de ne jamais avoir été pris par mes conneries. Ils avaient rapidement découvert mes piges pour le journal, et mes projets d’auteurs. Une part de moi avait été rassurée par le fait qu’Elizabeth m’ait poussé à tenter de publier. Avant mon départ, une maison d’édition avait d’ailleurs accepté mon manuscrit. Toutefois, j’avais dû refuser car ils exigeaient que je sois présent pour toutes les relectures et que je fasse une tournée du pays. Dès lors que j’eus obtenu la garde définitive de la petite jusqu’à ce que la situation de mon frère ne change, j’avais dû revoir mes priorités. En arrivant, j’avais trouvé un job en tant que mécanicien. J’avais rapidement soumis mes nouvelles à plusieurs journaux, et j’en avais finalement trouvé un qui avait accepté de me publier. Pas aussi fréquemment qu’auparavant mais c’était déjà ça. Plus de pseudonyme cette fois. De toute façon, personne ne me connaissait ici. Je n’avais donc aucun motif à cacher mon identité. Puis, je n’avais plus honte. Je ne devais pas avoir honte. J’étais quelqu’un de parfaitement légitime. Personne n’irait s’en prendre aux miens, personne ne questionnerait ma virilité si je publiais des nouvelles plus ou moins légères dans un journal local.
M’occuper d’Allie restait compliqué. Prendre soin de la petite n’était pas le pire, c’était tout le reste. Les lessives, ranger, laver, la nourrir, faire les courses, travailler en même temps, la déposer à l’école, signer tous ces papiers pour les activités, l’accompagner à la piscine le week-end pour qu’elle puisse apprendre à nager. Enfin bref. J’étais propulsé dans une vie monoparentale alors que je peinais quelques semaines avant à m’occuper de moi. Cela n’avait pas été une adaptation qui s’était faite en un jour. Le temps avait rapidement passé, et un mois c’était transformé en deux. Ce fut le moment qu’Ethan choisit pour me dire qu’il arrivait. En Australie, à Brisbane. Il avait des shootings et on lui proposait quelque chose de plus permanent. Il m’expliqua encore hésiter un peu et voir pour quelque chose de sérieux à l’issue des premières semaines. Je n’imaginais pas alors qu’il avait apporté Elizabeth dans ses bagages. Après notre rencontre, j’avais téléphoné à Ethan pour lui passer un savon, naturellement. Il m’avait dit ne pas avoir le temps de parler plus que ça, et m’avait donné rendez-vous dans un endroit que je ne connaissais pas. Evidemment je lui faisais confiance et n’avait aucune raison de m’inquiéter. De plus, j’étais tellement occupé passant mon temps à m’occuper d’Allie que je n’avais pas eu le temps de découvrir grand-chose. Ma vie se résumait aux courses, boulot, école, et le café près de son école où je me permettais de me poser un moment, pour boire un coup ou écrire.

Ma surprise fut authentique lorsque je me retrouvais devant une librairie après avoir suivi le GPS de la voiture. Je me garais rapidement, et décidais d’entrer tranquillement dans le magasin. Feuilletant les livres, j’entendis quelqu’un entrer, mais je ne fis pas attention trop occupé à regarder les bouquins. Un moment, la porte d’entrée se claqua et je reçus un sms juste après. Ethan. « Je fais ça pour vous. La propriétaire est une ‘amie’, on viendra vous ouvrir d’ici quelques heures. » fronçant les sourcils, il me fallut un instant pour comprendre. En effet, ce n’est qu’en me dirigeant vers la porte pour vérifier si c’était une blague que la lumière se fit. Elizabeth se tenait à quelques mètres, et nos visages se décomposèrent probablement de façon simultanée lorsque nous comprirent tous deux. « L’enfoiré ! » jurais-je dépité par la stupidité manifeste dont il pouvait faire preuve parfois.



code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Friendly Trap # Elizaniel   Lun 20 Juil - 13:38



“Friendly   Trap


Voilà trois mois que j'étais sur Brisbane maintenant, deux mois dans un hôtel en mode un peu camping et la ça va faire quasiment un mois qu'on a emménager dans notre appartement. Et dire qu'au début on ne voulait pas s'installer ensemble à Ohama, car l'un d'entre nous finirais par tuer l'autre. Mais la on avait pas tellement le choix puisqu'on avait environ un salaire pour deux. J'avais passé mes examens avant d'arriver ici, j'avais d'ailleurs eu mes résultats il n'y a pas longtemps, que j'avais réussi par je ne sais quel miracle. Il parait que quelques unes de mes photos avait eu raison des juges. Bon bien sûr j'avais réussi aussi les examens plus classique, mais ce n'était pas le plus important dans mon diplôme. J'étais enfin prête à devenir une vraie photographe, du coup on avait fêté ça avec Ethan il y a quelques jours. Il fallait bien qu'il se rattrape de ses cachotteries, puisqu'il m'avait quand même cacher qu'il était ici. A Brisbane je veux dire, moi qui le pensait en Amérique comme une idiote ! J'avoue que si j'étais resté ici c'était aussi un peu pour l'éviter. Bon okay, beaucoup. Je ne voulais pas être cette fille idiote et amoureuse, je ne tombe pas amoureuse. C'est comme ça, interdit.  De toute façon je ne sais même pas comment on fait, donc même si je le voulais ce ne serait pas possible. Dans tout les cas, j'étais ici et lui aussi, alors que je voulais des milliers de kilomètres entre nous. Et notre super ami en commun nous avait caché ce PETIT détail, donc lorsque je suis rentrée je l'ai engueulé comme jamais je ne l'avais fait. Je crois que je l'ai insulté d'a peu près tout les noms d'oiseaux que je peux connaitre. Caché ça quand même ! Bon après il savait surement que je serais repartie direct en Amérique, voir en Angleterre. Mais la au moins la avec le bail que l'on a, et nos affaires qui ne sont pas encore toute arrivés, il sait que je ne peux pas. Oui, je le hais quand il arrive a réfléchir un minimum. Je ne sais pas ce qu'il cherche a prouver, mais ça m'énerve. Je l'avais donc bouder pendant quelques jours, mes résultats avait été notre drapeau blanc. De toute façon, c'était lourd de ne pas se parler et tout mais il fallait bien qu'il comprenne que ce n'était pas bien ce qu'il avait fait. Même si je ne peux pas lui en vouloir plus de temps que ça, je suis trop faible avec lui. Bon en même temps, c'est pas comme si c'était mon meilleur ami depuis des années bien sûr, mais bon je pourrais avoir tout de même un peu plus de résistance. Comme pour Nath en fait. Je deviens vraiment trop, trop, TROP faible. Mon dieu.
Bref, j'étais en chemin pour la librairie la où j'avais rendez-vous avec Ethan. Je suppose qu'il venait d'acheter plein de bouquins et qu'il avait besoin de moi pour tout porter jusqu'à l'appart. D'ailleurs c'est bizarre les seuls livres qu'il lit c'est les astuces de jeux vidéos habituellement. Mais peut-être couchait-il avec une fille cultivé et il voulait lui en mettre plein la vue ? Il va falloir qu'il m'explique, mais bon puisque je suis gentille j'y vais quand même. De toute façon c'est pas comme si j'avais un boulot et une excuse pour ne pas aller mon ami. J'entre dans la boutique de livres et cherche Ethan des yeux, vers la caisse la où je pensais le trouver. Je fronce les sourcils en m'apercevant que l'endroit à l'air vide, euuh.. Je viens d'entendre la porte se fermer à clef où je rêve ? Je sens mon téléphone vibrer et le sort de mon sac a main, je ne comprend pas de suite, qu'est ce ça veut dire ? Mais tout se met en place lorsque Nath apparait pour essayer d'ouvrir la porte ma main se resserre autour de mon téléphone. Putain. Je vais le tuer, c'est quoi son problème a lui !! Il peut pas s'occuper de ses histoires au lieu de fourrer son nez dans les miennes ? Je suis prête a exploser mon téléphone contre le mur mais je me rappelle que je n'ai pas spécialement d'argent pour m'en racheter un autre alors je le fourre dans mon sac avec rage. Je soupire, quel con c'est pas vrai ! Il a pas de vie pour jouer avec celle des autres ? Il est vraiment impossible. « Il va être obligé de venir nous ouvrir, on est pas obligés de parler. Y'a assez de livres pour nous occupés le temps qu'il reprenne ses esprits. » Je lâche mon sac dans un coin et me met à la recherche des nouveautés. Je n'ai pas spécialement envie de parler avec lui je l'avoue, la dernière fois ça m'avait bien suffit, comprendre que ces six mois loin de lui n'avait servis à rien. Et puis Ethan croit en l'amour, chose qui n'existe pas, enfin pas chez moi en tout cas. Malgré le fait qu'il se tape a peu près toute l'Australie je ne sais pas comment il fait pour y croire toujours. Surtout avec moi, alors qu'il sait que justement je suis loin de tout ces trucs de sentiments j'ai déjà eu du mal à m'attacher à lui alors que c'est mon ami, alors pour avoir un petit copain ? Laissez moi rire.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Friendly Trap # Elizaniel   Lun 20 Juil - 20:17

Elizabeth ∞ Nathaniel
Friendly Trap.
Je n’en revenais pas. Ethan était tout simplement intenable. Il s’entêtait à penser que Elizabeth et moi avions une chance, quelque chose à vivre. Je le savais parce qu’il me l’avait dit. Pas vraiment de façon aussi frontale, mais il l’avait laissé sous-entendre. Lorsque je l’avais appelé pour lui hurler dessus qu’il aurait au moins pu me prévenir. Bien que rien n’aurait jamais pu vraiment me préparer à la croiser de nouveau. C’était difficile. D’autant plus que j’avais rompu la promesse que l’on s’était faite il y a un an sur le toit de notre club préféré. Ne pas s’attacher. Cela avait été notre crédo. Nous nous étions trouvés sur cette valeur commune. Me rendant compte de mes sentiments, j’avais eu l’impression de la trahir. Même si, il m’avait fallu du temps. Par principe, être orphelin m’avait vacciné contre toute sorte d’attachement. Sauf ceux à l’égard de mes frères et sœurs d’accueil. J’estimais tous les enfants dans le système car peut importe ce qu’ils devenaient j’étais persuadé que ce n’était pas totalement de leur faute. Jamais je ne leur tournais le dos, cela m’était tout simplement impossible. Cela mis à part, je n’avais pas d’ami trop proche. Bien sûr, j’avais Ethan et quelques autres potes. Mais je ne leur racontais pas tout à la base. Avec le temps, et la curiosité d’Ethan j’avais finis par me livrer un peu plus, cachant tout de même la majeure partie de ce que j’étais.

Au départ, c’était comme ça avec Elizabeth aussi. Je ne lui laissais voir que ce dont elle avait besoin pour que l’on poursuive nos parties de jambes en l’air sans soucis. Puis, au fur et à mesure de nos nuits d’ivresses et de débauche, nous avions finit par parler. Encore, et encore. De sujets futiles, puis de nos secrets. L’élément déclenchant avait sans doute été lorsque nous nous étions croisés au journal. Se voir sobre, de journée, c’était probablement ce qui avait ancré notre « relation » dans la réalité. Je m’étais rendu compte que c’était bizarre, que j’étais attaché lorsque j’avais tenu à m’excusé après l’avoir envoyée balader. Parce que ça m’avait fait mal au cœur que l’on se quitte sur ça. Toutefois, je ne m’étais pas plus inquiéter que ça. J’aurais sûrement dû plutôt que de fermer les yeux. Le temps passant, j’avais de plus en plus souhaité la croiser la journée. Puis j’aimais bien trop la retrouver le temps d’une soirée. Et le jour où on avait vraiment eu un « rancard » tout avait dégénéré. Elle avait été jalouse, et c’était probablement rendue compte qu’elle était un minimum attachée. Cela ne lui avait pas plus. Et elle avait quitté le pays. Depuis, je me faisais la sensation d’être une pauvre fille dans une relation à sens unique parce qu’elle m’avait quitté sans même que l’on ait jamais été ensemble. Prenant le large pour l’australie, je m’étais convaincu que souffrir c’était la preuve que j’étais vivant. Que je pouvais ressentir des choses, et que c’était essentiel pour élever au mieux ma nièce qui avait besoin de connaitre tout cela d’ici quelques temps elle aussi.

La réplique d’Elizabeth me toucha bien plus que je ne le laissais paraitre. Blessé, je me réfugiais derrière un rayonnage au hasard et tombait sur plusieurs de mes auteurs favoris. Rapidement, je décidais de feuilleter un livre connu et me demandais s’il m’arrivait de tirer mon inspiration de ce que je lisais plus que de ce que je vivais. Souriant, je me dis que je pourrais tout écrire de certains pans de criminalité parce que je l’avais bien plus vécu que la majeure partie des auteurs. Liz se déplaçant pas loin de moi me fit redescendre sur terre. Etant resté silencieux jusque-là, je décidais de rompre le silence. « Il est certain qu’il viendra. Mais est-ce qu’il ne continuera pas pour autant ? Du peu que je le connaisse, il me semble qu’il est plutôt du genre à avoir la tête dur Ethan. » lui répondis-je tardivement et plutôt résigné. Oui. Tant que ça ne marcherait pas, il nous collerait dans les pattes de l’autre. Il fallait au moins que l’on fasse un minimum histoire qu’il nous lâche. Il y a quelques mois, j’aurais réellement pensé à le tuer. Même fait un plan dans ma tête. A présent que j’avais des personnes desquelles je devais et pouvais me soucier, je ne voyais pas les choses de la même façon. Parfois, on aimait tellement certaines personnes que l’on pouvait faire des choses un peu idiotes. Comme moi me déguisant en princesse pour faire plaisir à Allie… et récoltant des paillettes dans les cheveux pour deux semaines parce que « oups » le sac était mal fermé.



code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Friendly Trap # Elizaniel   Mer 19 Aoû - 10:26



“Friendly   Trap


Enfermée dans cette librairie avec un livre à la main que je n'arrivais même pas à lire, je me sentais complètement piégée. Et puis j'étais rentrer dedans la tête la première comme une idiote, trop de confiance pour mon meilleur ami. Il ne perd rien pour attendre celui-là putain. On venait à peine de se réconcilier qu'il cherchait à nouveau la merde. A croire qu'il préfère quand on ne se parle pas quoi. Je sais pas comment je dois le prendre en fait. Connard va. Et l'autre qui est là aussi, pourquoi il est tomber dans le piège lui aussi, il ne peut pas être plus intelligent que moi ! Je ne sais pas ce qu'Ethan comprend pas dans "je n'ai pas envie de lui parler." peut-être le "je" ou le "lui" je ne sais pas. En tout cas, il commence à me les casser et quelque chose de bien ! Peut-être que j'aurais dû lui expliquer que je n'avais pas envie de m'attacher, que je ne pouvais pas offrir a Nath' tout ce dont il avait besoin et que du coup je lui faisais plus de mal que de bien. J'aurais peut-être dû l'emmerder avec mes histoires plus longtemps finalement parce qu'il comprend vite mais il faut lui expliquer longtemps quoi. Oui, je sais je suis bizarre, j'ai un garçon fou de moi et je n'en veux pas. Il serait tellement mieux avec une autre, entre les étagères je l'observe du coin de l’œil et mon cœur se serre. Putain, c'était quoi ça ? « Tu sais très bien ce que c'est.Tu tiens plus à lui que tu ne veux l'avouer. » Je fronce les sourcils et baisse rapidement la tête en rougissant. N'importe quoi ! Je ne sais même pas de quoi mon bouquin parle, je tourne les pages n'importe comment car mon esprit est trop omnibulée par Ethan et Nathaniel pour que je puisse me concentrer sur ce foutu bouquin. De toute façon je n'avais pas vraiment envie de lire, je voulais juste éviter une conversation avec lui. Je ne voulais pas être mal après ça mais surtout, je ne voulais pas que lui soit mal après ce que je pouvais dire ou même faire. Après je ne savais pas vraiment ce qu'il pensait de tout ça puisque je n'avais pas envie d'en parler. Je ne voulais pas savoir, ça enlèverait tout le flou autour de notre relation étrange. Et le flou pour le moment c'est ce qui me sauve un minimum. Enfin ce que je pense qui me sauve surtout. « Tu te mens à toi-même. » Je soupire et baillone ma conscience, cette connasse. Je sursaute lorsque sa voix s'élève dans la pièce, je ne m'attendais pas à ce qu'il se mette parler. Je soupire lorsqu'il a fini, putain il est pas con que lorsqu'il veut celui-ci aussi. Je connais Ethan et je sais qu'effectivement il n'arrêtera pas tant qu'il n'aura pas eu ce qu'il veut et pour ce coup ça risque d'être difficile. Du coup il faut que je trouve quelque chose qui remplace cette amourette en laquelle il croit dur comme fer, par autre chose dans son esprit. Histoire qu'il nous laisse tranquille. Mais va trouver quoi toi. Une copine ? Peut-être que ça l'occuperais cinq minutes. Même si je sais qu'il n'en a pas envie, il veut être tranquille pour sauter qu'il il veut. D'ailleurs je ne pige pas pourquoi il comprend pas que c'est ce dont j'ai besoin aussi. Même si je n'y arrive plus autant qu'avant. Plus du tout en fait. Mais ça il n'y a que moi qui le sait, si j'en parlais à Ethan, je suis sûre d'avoir un retour sur Nath'. « Et qu'est ce que tu proposes alors ? » je demande après un moment, toujours planqué dans mon rayon. Peut-être que de ne pas le voir atténuera l'effet qu'il a sur moi. Je soupire, ou peut-être pas.

Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩

avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Friendly Trap # Elizaniel   Ven 21 Aoû - 20:58

Elizabeth ∞ Nathaniel
Friendly Trap.
Après ce qui me sembla être une éternité, elle finit par me répondre. Le son velouté de sa voix me fit sourire en coin, et je fus soulagé d’être toujours seul dans mon rayon. D’ailleurs, comme elle avait parlé sans franchir les quelques mètres nous séparant j’avais conclu qu’elle ne souhaitait pas que l’on se parle en face à face. Aussi, je décidais de m’assoir, tournant machinalement les pages de ce bouquin que je connaissais si bien. Penchant la tête, je réfléchissais à ce que je pouvais bien proposer. Rapidement, la réponse me vint en tête. Unique, univoque. « Rien. Enfin, je pourrais bien proposer certaines choses mais tu ne serais intéressée par aucune des solutions. Tu veux juste qu’il nous foute la paix histoire de mettre le plus de distance entre nous. Ce que je ne comprends pas vraiment en fait. » finissais-je par avouer.

Oui, que voulait-elle que je lui dise ou propose ? Un plan échafaudé histoire qu’Ethan nous lâches, je pouvais en avoir un. Mais cela requérait un minimum de coopération. Hors, elle ne semblait définitivement pas partante pour ça. « Cela dit, si tu étais partante pour un minimum de communication… on pourrait peut-être faire quelque chose. » complétais-je par la suite. En effet, si nous pouvions communiquer un minimum, nous pourrions faire croire à Ethan que tout allait mieux, ou du moins que cela en prenait la voie. On pourrait faire mine de se voir alors que pas du tout. Et même échanger des messages histoire qu’il tombe dessus. Puis faire que notre relation fictive se fane avec le temps. Cette tête de mule aurait eu son côté conte de fée avec l’idée d’avoir réuni deux âmes et ne pourrait se blâmer d’avoir échoué. Bien que bancal, ce plan me semblait presque réalisable.

Soupirant, je me rendis compte que ce temps coincé pouvait également m’apporter autre chose. Il y avait des réponses que j’aurais aimé avoir depuis un bon moment. Une surtout. Je ne pus d’ailleurs pas m’empêcher de ramener ça sur le tapis. « Ou on pourrait profiter d’être coincé pour que tu puisses me dire pourquoi tu as quitté le pays si brutalement… » lançais-je bien conscient que j’allais rendre l’atmosphère encore plus lourde qu’elle ne l’était déjà. Mais c’était une question vraie, une question sincère. Peut-être ce qu’il me fallait pour refermer cette page de notre presqu’histoire… Enfin, pour me voiler la face surtout. Il me faudrait du temps et peut-être même une autre personne pour passer à autre chose, que l’on soit honnête. Refermant le livre que je tenais entre mes mains, je tournais la tête pour faire face au rayonnage qui avait maintenu mon dos en place jusqu’alors. Ecartant plusieurs ouvrages, je regardais de l’autre côté et tombait sur Elizabeth qui était debout semblant regarder de l’autre côté. Me questionnant sincèrement sur ce qu’elle pouvait bien penser. Le mystère que représentait son esprit m’avait toujours intéressé. Tout d’abord parce qu’elle avait un comportement étrange pour une femme. Elles disent toutes qu’elles ne veulent pas s’attacher alors qu’elles n’attendent que ça. Sauf elle. J’aurais aimé mieux comprendre pourquoi. Puis, j’aurais aussi aimé savoir pourquoi elle était partie, pourquoi elle me fuyait à présent comme la peste. Sans passer pour le mec pénible qui insiste pour avoir des réponses.

code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas

WELCOME TO BRISBANE ৩


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Friendly Trap # Elizaniel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Friendly Trap # Elizaniel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
upside down :: 
05 - a small escape
 :: Ashes & Dust :: ancient history
-